mardi 13 novembre 2018

Cookies moelleux aux fruits secs et au chocolat (sans sucre ajouté, pauvre en gluten, sans PLV)


Bonsoir les gourmands, 

Aujourd'hui une petite recette de cookies, car vous le savez déjà, j'adore les recettes rapides, que l'on peut improviser sur une envie subite de douceur... 

Ces cookies sont vraiment excellents, je n'en ai pas fait beaucoup car je ne savais pas si je réussirais ma recette du premier coup. Et bien croyez-le, je me suis fait gronder ! Si, si ! 
Quelle ingratitude quand même, vous ne trouvez pas ? 

Je vous engage à les tester très vite pour apprécier leur moelleux (lié au bicarbonate je pense) et leur goût fabuleux apporté par la farine de châtaigne.

Depuis ma première version, j'ai totalement remplacé le jus de pomme par du lait végétal. Ils sont moins sucrés et meilleurs à mon goût. 


Les ingrédients pour 10 petits cookies :
75 g de farine de petit épeautre T 110 bio (ou de l'intégrale)
75 g de farine de châtaigne bio (si vous voulez rester IG bas, remplacez la par du petit-épeautre T 150)
1/2 c à café de bicarbonate alimentaire
1 oeuf bio
100 g de fruits secs au choix bio (abricots, cranberries, raisins secs, ou en mélange...)
40 g de chocolat à 70 % de cacao
45 g d'huile d'olive "douce" bio
1/2 c à café d'arôme au choix : amande amère pour moi
1 grosse pincée de sel iodé
5 à 10 cl de lait végétal (soja, amande, noisette...)


En cuisine :

  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Versez les farines dans un saladier. 
  3. Mélangez avec le bicarbonate passé à travers une passette fine et le sel. 
  4. Ajoutez l'oeuf battu en omelette et l'huile d'olive. 
  5. Ajoutez du lait végétal, jusqu'à obtenir une pâte souple, de consistance semi-epaisse à semi-liquide. 
  6. Mélangez-la aux fruits secs et au chocolat coupé en morceaux. 
  7. Former 10 tas avec une cuiller à glace à ressort, sur une feuille de papier cuisson. Je ne les ai pas aplatis, mais vous pouvez si vous souhaitez des cookies plats (avec le dos d'une cuiller humide).
  8. Cuire environ 12 minutes (à moduler selon les four et le degré de cuisson que vous aimez).
  9. Laissez refroidir sur une grille et dégustez. 
Ces cookies sont vraiment délicieux à peine refroidis. 

Print Friendly and PDF

vendredi 2 novembre 2018

Moelleux au chocolat, amandes et raisins secs (sans sucre ajouté, sans gluten, sans beurre et sans huile ou dérivés)



Bonjour à toutes et à tous,

Me revoilà avec une recette très gourmande et sans sucre ajouté... mais sucrée juste comme il faut ! et sans gluten aussi (ça va durer quelques mois je vous avais prévenus). Et je ne vous dis pas la tuerie que c'est... chocolaté à souhait, d'un moelleux incomparable, le plus dur c'est de ne pas se resservir...

Alors vous me direz : "hé ho, maiiiiis il y a du sucre dans le chocolat"... Oui, c'est vrai, mais c'est autorisé dans l'alimentation anti-Candida que je suis, alors pourquoi m'en priver ? C'est déjà assez restrictif comme ça...

C'est l'heure de la p'tite minute diet... Quand il est écrit "sans sucre" sur des paquets de bonbons, biscuits, etc. Cela veut dire quoi exactement ? Tout simplement "sans saccharose ajouté". Le saccharose, c'est le sucre blanc, le sucre de table, (composé pour moitié de glucose et de fructose). Concrètement, cela veut dire quoi ?... Que l'on peut très bien mettre dans vos biscuits et vos bonbons des édulcorants, naturels ou chimiques... Bon malheureusement, on ne trouve jamais de biscuits au sucre de coco ou au sirop d'agave dans le commerce... et à la farine complète ou demi-complète... et à l'huile d'olive... Alors autant les faire soi-même, non ?

J'ai adapté ma recette d'une des recettes du blog" la ligne gourmande". Je l'ai réalisée plusieurs fois. D'abord telle quelle, en y ajoutant un peu de sucre de coco car j'avais peur que cela ne soit pas assez sucré ; mon chocolat est moins sucré qu'un chocolat  pâtissier (52 % de cacao, donc 48 % de saccharose pour le pâtissier). Elle était déjà très bonne ainsi. Ensuite, j'ai du me passer du sucre ajouté et je n'avais plus de soja cuisine, du coup je l'ai remplacée par de la crème d'amande, qui se prête bien aux recettes sucrées et qui pour moi est plus intéressante d'un point de vue nutritionnel. Pas droit à la levure... = bicarbonate alimentaire. Il faut juste penser à bien le tamiser car s'il vous reste des grumeaux, c'est juste infect à la dégustation... Et je suis arrivée à un goût et à un moelleux fabuleux ! Allez, la recette...

Ingrédients pour un gâteau de 10 petites parts (le moule étoile Demarle®)

  • 150 g de chocolat à 70 % (le Guajana de Valrhona)
  • 300 g de crème d'amande bio non allégée 
  • 2 oeufs
  • 75 g de farine de riz demi-complète (vous pouvez aussi mettre une farine à IG bas)
  • 60 g de poudre d'amande blanche
  • 1 cuiller à café de bicarbonate alimentaire tamisé au travers d'une passette
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre balsamique blanc bio (ou de cidre)
  • 80 g de raisins secs bio trempés dans de l'eau chaude pendant 15 minutes pour les faire gonfler
En cuisine :
  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Chauffez la crème d'amande dans une petite casserole. 
  3. Versez-la sur le chocolat (dans un saladier) et mélangez jusqu'à obtenir un mélange homogène.
  4. Ajoutez les oeufs, un à un.
  5. Puis la farine et la poudre d'amande et mélangez.
  6. Tamisez le bicarbonate à travers une passette sur la pâte obtenue et versez le vinaigre dessus. Ça va mousser. Mélangez.
  7. Enfin ajoutez les raisins bien égouttés et mélangez.
  8. Versez dans votre moule préféré, (huilé si nécessaire ou recouvert de papier cuisson) et cuire 20 minutes.
  9. Laissez refroidir un peu et démoulez sur une grille.
Dégustez cette petite merveille quand il est refroidi. Je le trouve même meilleur le lendemain.


Alors, qui se lance ?
La prochaine fois, je le teste avec des cranberries séchées sans sucre ajouté 
et de la farine complète de petit épeautre...
et vous, vous y mettriez quoi d'autre ?


et voilà le fondant... 

😘😘




Print Friendly and PDF

mercredi 24 octobre 2018

Tartelette aux pommes sans sucre ajouté, pauvre en gluten, IG modéré


Par Cath du blog "En équilibre" ex "Fromage ou Dessert ? Dessert !!! 

Je vous en parlais la semaine dernière, me revoici avec une recette sans sucre ajouté, très pauvre en gluten, puisque la farine de petit épeautre contient 7 % de gluten seulement (pour info, la farine de riz en contient 5 %), sans caséines laitières, sans levure, pour ne pas nourrir le vilain Candida Albicans.

Premier essai de pâtisserie sans sucre pour moi, et essai plus que concluant puisque je me suis régalée d'une tarte certes simple, mais savoureuse à souhait...

S'il y a une chose que j'ai bien compris pendant mes cours de techniques culinaires, c'est que lorsqu'on n'a pas droit à quelque chose (ici le sucre), il faut compenser par autre chose... Dans les régimes sans sel, on conseille les épices et les aromates pour combler le manque de sel et ça fonctionne super bien ! Il ne faut pas lésiner sur les quantités... Alors je me suis dit que j'allais faire la même chose et compenser le sucre par beaucoup de vanille... J'adore ça ! Le dernier secret de cette recette, c'est d'utiliser des pommes bien sucrées, non acides de nature et mûres pile comme il faut...  Et bien on a l'impression de manger un dessert sucré ! Si, si !!!

Sinon, le nouveau nom du blog vous plait ? Il changera de look au fur et à mesure... J'attends un logo tout neuf...

C'est parti pour la recette !

Grosse tartelette aux pommes sans sucre ajouté pour 1 ou 2 gourmands :

Pour une tarte pr 6 personnes et 1 grande tartelette :
250 g de farine de petit-épeautre T 110
1 pincée de sel iodé
1 oeuf entier bio
100 g d'huile d'olive douce (ici Bioplanet®)
un peu d'eau froide (jusqu'à obtenir la consistance adéquate : souple mais pas collante)

La compote :
comptez 1 pomme et 1/8ème de gousse de vanille par personne
à peine d'eau

Garniture :
de belles pommes mûres et pas trop acides (Boskoop par exemple)
de la vanille en gousse à parsemer ci et là sur les pommes

Comment procède t'on ?
On prépare la pâte en mélangeant les ingrédients dans un saladier, à fourchette d'abord, puis on termine de l'amalgamer à la main. On la laisse reposer dans du film pendant 10-15 minutes au congélateur ou 20 à 30 minutes au réfrigérateur.

Pendant ce temps, on prépare la compote : épluchage des pommes, coupe en petits morceaux, on ajoute la vanille et à peine d'eau, cuisson à couvert et on lisse la compote au mixer plongeant. Laissez-la refroidir dans un bol sur un bain-marie d'eau froide.

Préchauffez votre four à 180° C, en mode convection naturelle, avec une grille positionnée sur l'étage le plus bas du four.

On étale la pâte sur du papier cuisson, on la perce à la fourchette.

On verse la compote et on dépose des tranches moyennes de pommes dessus, que l'on parsème de vanille (je prélève des petites quantités de vanille avec mon couteau sur l'intérieur de ma gousse fendue et je les dépose avec la lame de couteau sur les pommes).

Cuisson pendant 25 minutes environ.

NB : J'ai mis beaucoup de compote sur ma tarte car j'adore ça, mais vous pouvez diviser la quantité par 2 si vous n'êtes pas aussi compote que moi.



Alors même si le beurre contient très peu de caséines (protéines laitières), j'évite le beurre dans les gâteaux et ce, depuis longtemps. D'abord je pensais que comme il était cuit, il était nocif. Et j'ai appris qu'en cuisson au four aux environs de 180°C, il ne dépasse pas 95° C à coeur et que cette température n'est pas nocive à proprement parler, car les acides gras saturés sont beaucoup plus stables à la cuisson que les omégas-3 et 6. Elle deviendrait nocive aux alentours de 120°C à coeur en fait... Par contre, le beurre est nocif s'il est consommé en trop grande quantité... enfin, pour être juste, je devrais dire que les acides gras saturés le sont... puisque dans ce cas seulement, ils induisent la production de cholestérol LDL (le mauvais cholestérol), qui va aller se fixer sur la paroi des artères si celle-ci est endommagée pour une raison X ou Y (tabagisme, hypertension artérielle, âge, etc...) et provoquer la création à long terme de plaques d'athérome, qui vont boucher les artères et provoquer des risques de maladies cardio-vasculaires... Mon intuition d'utiliser l'huile d'olive était donc bonne, puisque celle-ci est neutre pour le système cardio-vasculaire, et puisqu'on ne peut pas cuire les huiles de colza, de noix, lin, etc... riches en omégas-3, qui s'oxydent si facilement à l'air, la lumière et la chaleur... Et dans ce cas, elles deviennent des bombes inflammatoires, tout comme ces mêmes huiles en version "raffinée"... C'est pour cela que si vous le pouvez, consommez toujours des huiles vierges (de première pression à froid) et si possible bios, elles sont certes bien plus chères, mais bien meilleures pour l'organisme, et nous le valons bien, non ? Réservez les huiles riches en omégas-3 pour vos salades, et rangez-les aussitôt au réfrigérateur. Et pour les cuissons ? utilisez l''huile d'olive bien sûr ! Personnellement, j'évite les huiles riches en omégas-6 (tournesol, pépins de raisins...), car les huiles riches en omégas-3 contiennent suffisamment d'omégas-6, pour couvrir les besoins que nous avons en ces précieux acides gras essentiels (que l'organisme humain doit trouver dans son alimentation car il ne les fabrique pas) et ne pas déséquilibrer le rapport omégas-3/omégas-6.  


A bientôt les gourmands, en équilibre bien sûr ! 
N'hésitez pas à me laisser un petit mot si vous testez la recette. 



EnregistrerEnregistrer
Print Friendly and PDF

mercredi 17 octobre 2018

Des nouvelles fraîches avant de reprendre (vraiment) du service sur le blog...



Bonjour à toutes et à tous !

Je passe enfin par ici vous donner de mes nouvelles... Et pour commencer, quelle nouvelle ! 
Après presque 3 ans de travail acharné (1 an de remise à niveau en biochimie et 2 années d'études, je suis très heureuse de vous annoncer que j'ai obtenu mon BTS, et je suis officiellement Diététicienne Nutritionniste ! 

À presque 50 ans, je ne suis pas peu fière de l'avoir eu du premier coup car avant les exams, je pensais devoir étudier une année de plus pour obtenir mon diplôme. Mais mes révisions ont été intenses, bien ciblées et très utiles... Après mes épreuves de juin, je me suis donné le droit d'espérer et d'être plus confiante, mais on doute toujours, c'est humain, non ? et on ne sait jamais sur quel correcteur on va tomber... si ça note sec ou large... J'ai d'ailleurs eu quelques grosses surprises au niveau des notes, parfois dans le bon sens, parfois dans le mauvais... Mes pronostics étaient loin d'être justes, sauf dans ma matière faible (la biochimie justement), où je suis tombée pile sur la note obtenue 😂

Voilà, une nouvelle vie commence pour moi ! J'ai longtemps hésité, mais mes stages ont conduit ma décision, et contrairement à ce que j'avais prévu au départ (travailler en hôpital), je m'installe en libéral. Je souhaite désormais travailler avec les "bien-portants". Cela ne m'empêchera pas de m'occuper de patients souffrant de diabète ou d'autres pathologies, (car je le dis haut et fort, une diet ne sert pas uniquement à faire perdre du poids !!!) mais ce sera différent. Je peux vous assurer que ça a été vraiment horrible pour moi de travailler en service d'oncologie ou avec des personnes en fin de vie... et même si ce serait extrêmement enrichissant d'un point de vue professionnel, ça ne serait pas bon pour mon moral de démarrer ma nouvelle carrière ainsi... Du coup, mon mari m'aide à m'installer. Ça peint, ça bricole... et je prépare mes documents... Bref, il me tarde de commencer ! Je ferai également des consultations avec Skype, pour celles et ceux qui voudraient être suivis à distance... Et j'espère que ce choix me permettra de vous concocter un nouveau livre de recettes ! Je tiens d'ailleurs à vous remercier, car "osez les gourmandises" continue de se vendre et c'est grâce à vous !!! Presque 4 ans après, c'est vraiment très très chouette !  Un ÉNORME MERCI à vous !!!  



Côté blog, cela va changer aussi. Déjà, mon bébé crée il y a plus de 7 ans, va changer de nom... Je vous laisserai découvrir cela tout prochainement. Je pense qu'il est temps, car si vous me suivez depuis un moment, vous vous êtes rendu compte que le blog a bien changé. Après avoir démarré avec des recettes "classiques", puis à IG bas, pendant mes études, j'ai acquis beaucoup de connaissances qui m'ont permis de relativiser pas mal sur les IG bas ! Bien que je continue à manger sainement, je suis moins (intransigeante) orthorexique qu'auparavant. Les farines intégrales c'est bien, ça aide à garder la ligne, c'est vrai, car elles sont très riches en fibres, diminuent la réabsorption des glucides et des lipides (du coup, on absorbe moins d'énergie), mais cela ne convient pas forcément à vie à tout le monde. Déjà le phosphore contenu dans les farines intégrales forme de l'acide physique, qui  diminue grandement l'absorption d'autres nutriments, comme le calcium, magnésium, etc. et provoque des déséquilibres, voire des carences... Pour optimiser l'absorption des nutriments, l'idéal est d'être dans un juste milieu, et de consommer des farines demi-complètes (T 110) ou d'alterner farines blanches et farines intégrales... on fait comme on veut... Et là, on profite beaucoup mieux des nutriments à notre disposition. Côté sucres, j'ai éliminé le fructose de mes placards, enfin, pas tout à fait... J'en garde un peu pour préparer les caramels, ce qui est rare, pour le reste j'utilise le sucre de coco ou le xylitol. Car le fructose, même s'il ne fait en théorie pas monter la glycémie, se stocke dans nos cellules graisseuses sous forme de triglycérides, surtout si on exagère c'est vrai, mais il est parfois difficile de résister à plusieurs parts d'un bon dessert, non ? Il n'y a pas que moi qui suis gourmande quand même ? rassurez-moi !... Je reste jusqu'ici dans mes sucres à IG bas, en privilégiant le sucre de coco dès que je peux... C'est un sucre complet, qui est riche en minéraux et vitamines, et surtout qui n'a pas subi de traitements chimiques pour être blanchi. 

Alors je dis jusqu'ici, car encore une fois, la vie n'est pas un long fleuve tranquille et je vais devoir bien malgré moi, modifier mes habitudes alimentaires... J'ai découvert récemment que j'ai un Candida albicans. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, c'est un champignon que nous avons tous dans notre flore intestinale, en quantités minime lorsque tout va bien... Sauf que parfois, pour des raisons diverses et variées (une carence, trop de sucre dans l'alimentation,... et j'en passe), ce champignon se développe en quantités très importantes, au dépends des autres bactéries. Il devient alors pathogène et nous rend malade... Je pense l'avoir depuis quelques années déjà, mais depuis un an, des symptômes (que j'avais mis sur le stress des études, des exams...), se sont développés au point de me gêner... vraiment ! En dehors de prendre des pro et des prébiotiques, le traitement consiste à arrêter le sucre ajouté, dont le Candida se nourrit goulûment, et de consommer (temporairement) des céréales pauvres en gluten, et de supprimer les produits laitiers et protéines laitières (sauf ceux de brebis, qui sont tolérés). Bon, je dis ça, mais c'est le traitement que préconise mon micronutritionniste, les traitements sont adaptés en fonction des thérapeutes, et selon les raisons qui ont pu provoquer la maladie, et les symptômes dont chacun souffre... Ce vilain champignon m'a provoqué une hyperperméabilité intestinale, qui m'a provoqué une intolérance au glucose (ce que l'on appelait il y a encore quelques années un prédiabète). Ces changements vont impliquer que je concocte des recettes adaptées... Pour réparer mon intestin, et éradiquer la colonie de vilains champignons... Une nouvelle orientation pour le blog,  mais je suis sûre que vous me faites confiance... je vais vous concocter des recettes sans sucre ajouté, saines et délicieuses !


A très bientôt les gourmands !

  
Print Friendly and PDF

jeudi 6 septembre 2018

Gaufres ou pancakes super légers et des news !



Bonjour !

Me revoici enfin avec une recette, sucrée bien sûr !

Je n'ai pas beaucoup cuisiné cet été, il a fait super chaud, non ? Mais par contre, j'ai ravivé mon levain, qui dormait au fond du frigo depuis 3 longues années. Et merveilleuse surprise, il est toujours vivant ! Je l'avais bien enfermé dans un pot totalement hermétique, il sentait fortement le vinaigre lorsque je l'ai ouvert, mais il avait bonne allure... Après quelques rafraîchis (5-6 quand même), il était fin prêt à reprendre du service, aussi fort qu'avant ! J'ai fait quelques pains (vous avez pu les voir sur instagram si vous me suivez par là-bas-voir colonne de droite pour le lien) et comme on a toujours du rabe, j'ai voulu l'utiliser pour ne pas gâcher.

Je suis tombée (toujours sur instagram) sur un partage de recette d'Annie du blog by acb4you, de pancakes aux raisins qui nous ont tous ravis à la maison. J'ai d'abord réalisé sa recette telle quelle, elle était très bonne. Puis je l'ai modifiée pour qu'elle soit à mon goût et à mes habitudes actuelles, et voilà ce que cela donne. Vous pouvez la réaliser avec une farine panifiable (contenant du gluten), je ne l'ai pas encore testée avec une farine n'en contenant pas. Vous pouvez utiliser des farines demi-complètes, complètes ou intégrales, le résultat sera identique au niveau de la texture. Le goût sera légèrement modifié avec les farines complètes, mais si vous avez l'habitude d'en consommer, cela ne vous dérangera pas. (Je l'ai déjà réalisée avec du blé ancien et de l'épeautre, en intégral (150), complet (110) et plus raffinée (T 65).

Le levain est très intéressant car les bonnes bactéries qu'il contient, dégradent le gluten. Les aliments préparés avec, sont de ce fait beaucoup plus digestes. De plus, si vous réalisez du pain avec, il se conservera beaucoup plus longtemps, bien emballé dans un sac plastique.
Pour démarrer un levain, cliquez ici. Pour conserver votre rabe de levain, mettez-le dans un grand bol au frigo, recouvert de film plastique. En général, je le rafraichis tous les deux jours, voire tous les jours selon les besoins, cela va vite pour obtenir la bonne quantité.

Côté news, j'ai passé mes examens première quinzaine de juin, ça a été très très sportif ! Puis, j'ai enchaîné sur la rédaction de mon mémoire. Quelques jours de vacances plus tard, je reprends les révisions pour préparer ma soutenance et l'anglais (yes my dear !). Je serai donc absente quelques temps encore, avant de vous retrouver définitivement fin septembre. En attendant, je vous laisse avec cette délicieuse recette 2 en 1, qui j'espère ravira vos papilles autant que les nôtres !

PS : pour celles qui s'étonnaient de ne plus recevoir ma newsletter, vous n'avez normalement pas de souci, c'est juste que je n'avais pas publié de recette depuis février. Par contre, si vous n'avez pas reçu cette recette d'ici demain soir, c'est qu'il y a un problème.




Pour un bon nombre de gaufres ou de pancakes légers :
500 g de rabe de levain
200 g d'eau de source
200 g de farine (au choix, blé ou épeautre, tous taux d'extraction)
4 oeufs
80 g de sucre à IG bas (bouleau, fructose, sirop d'agave)
2 cuillers à soupe d'huile d'olive douce (20 g)
2 sachets de sucre vanillé bio ou un autre parfum au choix
1 belle cuiller à café de bicarbonate alimentaire

Le matin, sortir votre levain du frigo.

Vers 12 heures, rafraichir votre levain en y ajoutant 200 g d'eau de source et de farine, mélangez vivement au fouet quelques instants jusqu'à obtenir une pâte bien homogène et aérée. Raclez les bords vers la pâte, à la spatule, couvrez de film alimentaire et laisser reposer environ 7 heures.

Vers 19 heures, mélangez votre levain au fouet (il est tout mousseux) et ajoutez les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque. Faites de même avec le sucre, l'huile, le sucre vanillé. Enfin, ajoutez le bicarbonate, au travers d'une passoire fine (pour éviter les grumeaux) et mélangez au fouet quelques minutes. Votre pâte va prendre un peu de volume et devenir toute mousseuse.

La pâte est prête ! C'est le moment de la cuire soit :

  •  au gaufrier pendant environ 2 minutes 30 à 3 minutes 30, selon les goûts. Plus vos gaufres seront cuites, plus elles seront croustillantes. 
  • ou dans une crêpière, pour les pancakes. Vous les retournez dès que la pâte forme des bulles bien définies, à feu pas trop fort (5 sur l'induction). Juste dorés, ils sont à tomber ! Et super légers en bouche... 
Et surtout régalez-vous !

Vous pouvez voir la vidéo de ma pâte, juste avant cuisson sur mon instagram.

A bientôt !




Print Friendly and PDF

dimanche 25 février 2018

Gâteau verre de lait (IG modéré)


Retour parmi les gourmands avec ce gâteau qui a énormément plu à la maison...

Le gâteau verre de lait est un gâteau léger, qui reprend le principe du gâteau au yaourt, 
avec un verre de lait comme base.

Vous choisissez un verre pour mesurer tous vos ingrédients (j'ai pris un verre de 33 cl), et ensuite c'est super facile...

Actuellement je réalise mes recettes avec de la farine complète, pour optimiser l'assimilation des minéraux et aussi parce que côté digestion, c'est plus facile qu'avec de l'intégrale... Mais n'hésitez pas à réaliser cette recette avec de la farine intégrale (le grand épeautre ou le blé s'y prêtent à merveille) si vous voulez rester à IG bas... Je l'ai réalisée depuis au grand épeautre intégral et le gâteau est excellent. J'ai utilisé du bicarbonate à la place de la levure bio. On obtient un gâteau encore plus moelleux et moins "humide" à coeur. Les deux sont très bons, mais ma préférence va vers la version au bicarbonate.


Pour un gros gâteau "verre de lait" de 10 parts :
  • 3 verres de farine (moitié grand épeautre T 150 / moitié petit épeautre T 70 pour moi)
  • 1 cuillère a café bombée de bicarbonate alimentaire (ou 1 sachet de levure bio)
  • 1/2 à 3/4 de verre de sucralose ou 1 verre + 1/4 de sucre de coco
  • 3 oeufs entiers (bio et "bleu blanc coeur" pour moi)
  • 1/2 à 3/4 de verre d'huile d'olive douce (j'utilise actuellement l'huile "bio planet" en mag. bio) 
  • 1 cuiller à café d'arôme d'amande amère (ou autre)
  • 1 verre de lait écrémé (sans lactose pour moi, pas encore testé avec du lait végétal)
En cuisine :

Préchauffez votre four à 180° C.

On met tous les ingrédients (mais seulement la moitié du lait dans le robot (ou saladier).

On fouette quelques minutes.

On ajoute le reste du lait et on fouette encore un peu en raclant les bords, pour bien incorporer toute la farine.

et on cuit environ 1 h 10 à 1 h 20 (selon les farines utilisées et le four), en couvrant d'une feuille de papier aluminium au bout de 20 minutes de cuisson.

Laissez refroidir sur une grille et saupoudrez de sucre glace (à base de sucralose pour moi).

Et on se régale ! Délicieux !!!

Psssttt, ce gâteau est encore meilleur le lendemain, mais c'est difficile d'attendre...



une petite tranche bien moelleuse ?


A bientôt !


Print Friendly and PDF

samedi 30 décembre 2017

Sablés Robbie le renne (IG modéré)



Bonjour les gourmands ! 

J'espère que vous avez passé de bonnes fêtes de Noël et que vous vous êtes régalés de bons petits plats. En attendant de recommencer demain soir, je vous livre une petite recette de sablés tout rigolos que vous pourrez réaliser avec vos enfants, quel que soit leur âge... Si je dis cela, c'est que même ma fille de 26 ans m'a aidée à les décorer... Ambiance toute particulière chez nous cette année, puisque nous allons être grand-parents très prochainement d'un petit bonhomme... Je m'entrainais donc pour l'an prochain, à reprendre les petites choses décorées pour les amuser les petits, même si techniquement, bébé ne devrait pas encore y toucher en décembre prochain...

Pour une trentaine de petits sablés Robbie le renne :

- 250 g de farine T 110 de grand épeautre (ou complète de petit épeautre ou blanche)
- 125 g de margarine Vita coco (ou autre sans huile de palme) ou de beurre
- 55 g de sucralose (ou 90 g de sucre à IG bas ou 125 g de sucre classique)
- 1 gousse de vanille
- 4 jaunes d'oeufs (un peu de blanc si nécessaire, ce fut mon cas, mes oeufs sont petits)
- dorure : 1 oeuf (facultatif)
- décoration : des mini Smarties® (on a trié les couleurs) et du chocolat à 70 % fondu au bain-marie

 En cuisine :

- Égrenez la vanille et mélangez-la à un peu d'oeuf battu.

- Mettre la farine dans le bol du robot. Ajoutez la matière grasse choisie, le sucre, les oeufs battus, la vanille. Malaxez le tout. Si votre pâte n'est pas assez souple, ajoutez un peu de blanc d'oeuf réservé.

- Formez une boule et conservez-la dans du film alimentaire, environ 2 heures, au frais.

- Sortir du frigo environ 1 heure avant d'étaler la pâte.

- Préchauffez votre four à 180° C.

- Etaler en vous aidant d'un peu de farine. Détachez des cercles à l'aide d'un verre étroit et déposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.

- Dorer à l'oeuf (ou pas, si vous souhaitez un effet naturel) et cuire environ 10 minutes.

- Laissez refroidir complètement sur une grille à pâtisserie.

- fondre le chocolat au bain-marie et laissez tiédir. Versez le chocolat dans la pointe d'un petit sachet congélation et fermez-le en réalisant un noeud. Coupez la pointe du sachet congélation sur 0,2 mm. (plus le trou sera petit, plus votre dessin sera précis).

- Dessiner les cornes, les yeux et le nez, sur lequel vous collerez les smarties. Laissez sécher à l'air libre. Une fois le chocolat sec, vous pouvez conserver vos biscuits dans une boîte en métal.

Ces petits sablés ont fait leur effet sur ma table de Noël... J'espère que vous vous laisserez tenter par leur préparation, qui est vraiment une manière sympa de mettre tout le monde "au boulot"...



Bonnes fêtes et bonne année 2018 ! Je vous la souhaite douce et remplie de bonheur.



Print Friendly and PDF

dimanche 19 novembre 2017

Far aux pommes et aux raisins secs, parfumé au rhum (IG modéré)

Bonjour les gourmands !

Encore des pommes !!! Il faut dire que c'est de saison et qu'on ne s'en lasse pas chez moi... 
Vous allez vous régaler avec ce far aux pommes et aux raisins... Le rhum apporte vraiment un plus à la recette, mais si vous n'aimez pas, vous pouvez très bien le supprimer. Et si vous voulez une recette à IG bas, vous remplacez les raisins par des abricots séchés, que vous trempez dans le rhum, une trentaine de minutes, une fois que vous les aurez hydratés dans l'eau chaude... 
Les pommes vont humidifier davantage la pâte que des pruneaux, ce qui explique une cuisson un peu plus longue de la pâte, par rapport à la recette d'origine et une texture un peu plus "humide" sur le dessus. Ce qui ne gâche rien je vous rassure... 

Pour un beau far pour 10 gourmands :

- 3 à 4 pommes reinette selon leur taille
- 125 g de raisins secs (blonds)
- 1 gousse de vanille
- 1 litre de lait écrémé (sans lactose pour moi) ou du lait de soja nature
- 4 oeufs
- 150 g de sucre à IG bas ou 75 g de sucralose
- 6 cuillers à soupe de rhum ambré
- une pincée de sel
- 250 g de farine de grand épeautre T 150
- 3 g de beurre pour le moule

Faites tremper les raisins dans l'eau chaude pendant une vingtaine de minute et faites chauffer le lait avec la gousse de vanille ouverte.

Préchauffez votre four à 220° C.

Mélangez les oeufs avec le sucre choisi.

Puis versez la farine et le sel par-dessus, un peu de lait et mélangez. Ajoutez le reste du lait petit à petit, en remuant au fouet, et enfin, le rhum.

Beurrez le moule. Épluchez et coupez les pommes en cubes. Déposez-les au fond du moule avec les raisins égouttés. Versez la pâte et mettre à cuire 10 minutes à 220° C, puis environ 50 minutes à 180° C. Votre far doit être suffisamment doré. Vous pouvez ajouter un peu de temps de cuisson si nécessaire (selon votre four). J'ai ajouté 5 minutes.

un far breton dans un plat savoyard... oups ! 
J'espère que mes copines bretonnes ne m'en tiendront pas rigueur... bisous les filles 😘

Print Friendly and PDF

jeudi 19 octobre 2017

Gâteau invisible aux pommes, parfum de vanille (IG bas)



Il était vraiment (plus que) temps que ce gâteau intègre ma culinothèque...
C'est le gâteau idéal lorsque l'on veut perdre du poids et se faire plaisir.
Riche en fruit, léger car très peu de pâte, de sucre et de matières grasses.
 Et un vrai régal pour les papilles... 


Le gâteau invisible aux pommes et à la vanille

Pour 4 gourmands : 

- 3 pommes (reines de reinettes du Vigan)
- 20 g de sucre de bouleau (xylitol)
- 1 c à soupe d'huile d'olive
- 35 g de farine de grand épeautre T 150
- 1 oeuf
- 5 cl de lait (écrémé et sans lactose pour moi)
- 1/2 gousse de vanille
- 1 c à café de levure bio
- 1 pincée de sel

Préchauffez votre four à 180° C.

Mélangez les oeufs et le sucre. Fouettez jusqu'à ce qu'ils blanchissent.

Grattez la gousse de vanille et ajoutez les grains au mélange.

Ajoutez, l'huile, le lait et mélangez.

Mélangez ensemble, farine, levure et sel et ajoutez les au mélange petit à petit.

Épluchez les pommes, coupez-les en 4, retirez le coeur et tranchez-les très finement (dans l'idéal, à la mandoline, taille de coupe 2). Mélangez à la pâte.

Versez dans un moule de 20 cm de diamètre, recouvert de papier cuisson et cuire 45 minutes. Couvrez en cours de cuisson si votre gâteau colore trop.

Laissez tiédir, puis gardez au frais jusqu'à dégustation. Démoulez. Laissez à température ambiante si vous n'aimez pas manger froid et dégustez quand cela vous convient.




Print Friendly and PDF

samedi 30 septembre 2017

Gâteau à la banane et au rhum très parfumé (IG moyen, sans lactose, sans oeufs)




Bonjour les gourmands,

Me revoici avec un délicieux gâteau à la banane, très parfumé et ultra moelleux.
C'est le gâteau idéal pour utiliser des bananes bien mûres, qui pleurent au fond de la coupe à fruit. Je l'ai déjà réalisé avec des bananes moyennement mûres et il était nettement moins bon. Mes filles en raffolent, ce qui est toujours un gage de réussite. J'ai trouvé la recette sur marmiton et j'ai diminué son IG en utilisant mes produits de base fétiches... Ce gâteau a encore une fois, une texture humide.

Pour un beau gâteau à la banane et au rhum :
- 3 bananes bien mûres
- 1/2 tasse de sucre de fleur de coco  (les "cups" américaines)
- 1 cuiller à café bombée de levure bio
- 2 gousses de vanille (facultatif)
- 2 tasses de farine de grand épeautre T 150
- 10 cl d'huile d'olive douce
- 3 à 6 cuillers à soupe de rhum ambré (selon votre goût, 6 chez moi)



J'ai utilisé le grand moule étoile Demarle.

Préchauffez votre four à 180° C.

Mixez les bananes dans un robot couteau ou un mixer à herbes. Ajoutez leur les grains des gousses de vanille et mixez à nouveau.

Versez dans un saladier et ajoutez le reste des ingrédients, listés ci-après : le sucre de coco, l'huile, la farine mélangée à la levure. Mélangez bien.

Versez dans un moule en silicone, huilé si nécessaire.

Cuire 30 minutes, à surveiller.

Démoulez et laissez refroidir sur une grille.

Saupoudrez  de sucre glace réalisé avec un sucre à IG bas (bouleau ou fructose) et régalez-vous !


 il doit être excellent avec une crème anglaise à la vanille... 



Print Friendly and PDF

jeudi 20 juillet 2017

Île flottante à la vanille (IG bas)


Bonjour les gourmands !

Me revoici (enfin) avec une nouvelle recette, issue des recettes que je dois maîtriser parfaitement pour le BTS... 
Ce n'est pas la plus simple, la crème anglaise n'étant pas au départ, si facile à maîtriser. Mais après plusieurs entraînements, et une ou deux astuces, je suis parvenue à maîtriser la bête ! Donc pourquoi pas vous ?

Sinon, j'ai validé la première année de mes cours. Je passe en seconde année, et je suis assez contente, voire fière de moi. L'été va cependant être studieux car les cours sont très chargés, beaucoup d'infos à retenir et je n'ai pas encore eu le temps de tout apprendre...  Mais quand on aime, on ne compte pas... révisions à l'ombre des pins parasol, au bord de la piscine au programme... 

Je vous laisse avec la recette. Et la recette pour une personne entre parenthèses. 
Les îles flottantes pour 4 personnes :

la crème anglaise :
500 ml de lait 1/2 écrémé (125 ml)
4 jaunes d'oeufs - on garde les blancs pour l'île - (1 jaune)
40 g de fructose (10 g)
1 gousse de vanille (1/4)

Le caramel :
40 g de fructose (10 g) et un peu d'eau
Facultatif : quelques gouttes de jus de citron

L'ile flottante :
4 blancs d'oeufs (1 blanc)
20 g de fructose (5 g)

Facultatif : 20 g d'amandes effilées grillées à sec à la poêle (oups, je n'en avais plus).

- Préchauffez votre four à 120° C.

On commence par réaliser le caramel :
Versez le fructose, l'eau et le jus de citron dans une petite casserole, portez à feu fort en secouant légèrement la casserole pour bien répartir le sucre. Stoppez la cuisson dès que le caramel est doré. (Il va encore foncer alors n'hésitez pas à l'arrêter à temps, car s'il est trop foncé, il sera amer).

Répartissez le caramel dans 4 ramequins.

On réalise ensuite les îles flottantes :

Séparez les blancs des jaunes d'oeufs, réservez les jaunes au frais.

Montez vos blancs en neige ferme. Lorsqu'ils commencent à prendre, versez les 20 g de fructose et continuez de fouetter jusqu'à ce qu'ils soient bien serrés.
Répartir dans les ramequins caramélisés à l'aide d'une spatule et égalisez.
Déposez vos ramequins dans un grand plat à rebord et enfournez. Versez de l'eau chaude au fond du plat au deux tiers de leur hauteur. Cuire 40 minutes.
Faites refroidir dans un bain-marie froid et réservez. 

On réalise ensuite la crème anglaise :
Chauffez le lait sans le faire bouillir avec la gousse de vanille fendue sur la longueur. Laissez le tiédir.

Mélangez les jaunes avec les 40 g de fructose, et fouettez jusqu'à ce qu'ils prennent du volume et blanchissent (vous devez obtenir la fameuse texture ruban).

Grattez la gousse de vanille dans le lait et ajoutez-le, une fois tiédi au mélange de jaunes d'oeufs sucré, petit à petit, en mélangeant bien. Versez à nouveau dans la casserole et cuire à feu moyen, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que la crème soit cuite à la nappe : la crème va épaissir, mais elle ne doit surtout pas bouillir.  Pour vérifier si votre crème anglaise est assez cuite, vous allez pencher votre casserole d'un côté.  Sur le fond de votre casserole, il restera un filet de crème sur lequel vous allez tracer un trait à l'aide de votre cuiller en bois. Si la crème retombe, c'est qu'elle n'est pas assez cuite. Si le trait reste bien marqué et que votre crème vous semble suffisamment épaissie, elle est cuite ! Retirez-la du feu et versez-la dans 4 coupes. Vous pouvez les refroidir dans un bain-marie d'eau froide, à couvert de film alimentaire, avant de les mettre au frais.

NB : la crème anglaise classique n'est pas très épaisse. 

Enfin, on assemble : 
On démoule délicatement l'île à l'aide d'un couteau pointu et on la dépose sur la crème. C'est au final l'opération la plus délicate...

On dore les amandes à sec à la poêle en remuant régulièrement et on répartit dans les coupes, et on savoure...   

Print Friendly and PDF