mercredi 31 octobre 2012

Velouté de champignons (IG très bas)

et oui, c'est l'automne...
Heureusement cette saison a ses bons côtés...
Il ne fait pas encore trop froid,
les paysages sont superbes,
moi qui vis dans les vignes, j'adore les jolies couleurs que les feuilles prennent en cette saison,
et vous, aimez-vous l'automne ?


Et puis on peut déguster des plats bien réconfortants,
bien chauds et savoureux,
comme ce petit velouté de champignons...

Pour obtenir plus de liant, ceux qui ne mangent pas IG bas,
peuvent y ajouter une ou deux pommes de terre...
Mais c'en est presque dommage,
car ainsi, on ressent tout l'arôme des champignons.

J'ai bien envie d'ajouter une patate douce la prochaine fois, juste pour voir...

La recette :

Pour 2 gros bols :
500 g de champignons de Paris bien frais
50 cl de lait de soja
sel et poivre 
crème de soja


Coupez le bout terreux des champignons et lavez les afin qu'il ne reste plus du tout de terre.

Coupez les en grosses tranches.

Transvasez les dans une casserole avec le lait de soja, salez et poivrez généreusement.

Portez à feu moyen en surveillant que le lait ne déborde pas, puis baissez à feu doux
et laisser cuire 5 minutes.

Passez la préparation au blender, 
rectifiez l'assaisonnement si nécessaire, 
et servez avec un nuage de crème de soja et du bon pain ! 
Un régal !


Cette recette a fait la Une sur :



Print Friendly and PDF

lundi 29 octobre 2012

Cupcakes BOOOOOOH !!!

BOOOOOOOH !!!
Comment ça vous n'avez pas eu peur de mes petits fantômes ?
Même avec leurs petits yeux rouges ?
Bon, je l'admets, on a plutôt envie de croquer dedans...

Ces cupcakes sont composés d'un muffin choco noisette et de meringue.
ils sont à index glycémique bas.
c'est ma première recette de muffins (ou cupcakes) Glucido protéique (GP).
Vous pouvez donc les déguster le matin ou le soir,
car ils ne contiennent que du gras végétal :
purée de noisette, tofu soyeux, lait de soja, et pas d'oeufs.

Mes filles les ont adorés !
leur petit parfum choco noisette nous rappelle la pâte à tartiner qu'on adore.
La meringue est douce et fondante.

Vous pouvez bien sûr les consommer sans meringue, 
ils sont également délicieux ainsi...

Je me suis inspirée de ma recette de muffins extra moelleux au tofu soyeux,
que j'avais réalisés avec des abricots cet été (ici).

Comme il n'y a pas d'oeufs dans la recette,
J'ai utilisé l'astuce de ma copine Lili, du blog Lili's Kitchen,
en ajoutant du bicarbonate et du vinaigre à la levure,
pour que les muffins lèvent bien.
Cela fonctionne à merveille !
Si vous ne connaissez pas encore son blog,
n'hésitez pas à découvrir ses recettes vegan
plus appétissantes les unes que les autres...

la recette :

Pour 12 fantômes :
300 g de farine de petit épeautre complète
400 g de tofu soyeux
200 g de sucre de bouleau 
3 belles cuillers à soupe de purée de noisette sans sucre ajouté
15 cl de lait de soja nature sans sucre ajouté (ou de noisette pour plus de goût)
4-5 cuillers à soupe de cacao pur (selon les goûts)
une poudre à lever bio
une cuiller à café rase de bicarbonate
1 gousse de vanille
une cuiller à soupe de vinaigre balsamique blanc (ou autre vinaigre clair)

Meringue
3 blancs d'oeufs
une pincée de sel
75 g de sucre de bouleau
24 mini bonbons colorés pour les yeux (ou des baies de goji)


Préchauffez votre four à 180°.

Déposez des caissettes papier dans vos moules à muffins.

Mixez le tofu soyeux au blender quelques secondes.

Mélangez tous les ingrédients ensemble dans un saladier, jusqu'à obtenir une pâte bien homogène.

Répartir dans vos empreintes papier avec une cuiller à glace à piston.

Cuire 25 minutes environ (un cure dent plongé à coeur pendant quelques secondes doit ressortir sec).

Laissez refroidir 10 minutes dans les moules, puis complètement hors des moules sur une grille.


Pendant ce temps, baissez votre four à 150°.

Préparez la meringue en fouettant les blancs d'oeufs avec la pincée de sel. 

Ajoutez le sucre, une cuiller à café après l'autre, et continuez de fouetter
jusqu'à obtenir une préparation bien ferme et bien brillante.

Transvasez la préparation dans une poche munie d'une douille lisse
(ou dans un sac congélation dont vous couperez un coin sur 1 petit cm).

Réalisez un premier disque plein en partant du tour pour rejoindre le milieu.

Puis un second, moins large et enfin un troisième et formez une pointe.

Renouvelez l'opération pour chaque muffin.

Déposez vos muffins sur une plaque de cuisson, puis passez les au four entre 5 à 10 minutes pour cuire la meringue (j'aurais souhaité les garder blancs, mais je n'ai pas assez surveillé mon four).

Laissez tiédir et piquez des bonbons pour les yeux 
(j'ai utilisé des perles en sucre "Boules de houx" de la marque Eric Bür).
Si vous utilisez des bonbons en chocolat, laissez refroidir complètement.

Info index glycémique :
Je n'ai pas consommé les bonbons en sucre, même s'ils sont minuscules.


Cette recette a été sélectionnée par :




Print Friendly and PDF

samedi 27 octobre 2012

Cupcakes araignées

Petite remontée de recette aujourd'hui avec mes petits cupcakes araignées
 d'Halloween 2011...
(pour vous faire patienter... le cru 2012 va être enfourné sous peu)...
donc à suivre...

Chacun avait décoré son petit cupcake,
même Monsieur Dessert !
Nous nous étions bien amusés !
Comme vous pouvez le remarquer,
certaines ont même des mandibules...

Vous excuserez les photos qui ne sont pas terribles
mais les gâteaux étaient vraiment délicieux !

Cette recette n'est pas IG bas

La recette :

Pour la petite histoire, nous avons vu le nouvel Astérix cette semaine,
Nous avons bien rit !
et j'ai trouvé les musiques très sympa, dont celle-ci !


Pour 12 cupcakes :
Ingrédients :
4 cuillers à soupe de cacao en poudre non sucré
15 cl de lait
170 g de beurre ramolli
180 g de sucre
3 oeufs
210 g de farine à pâtisserie tamisée
1/2 cuiller à café de bicarbonate de soude
1/4 cuiller à café de sel

Glaçage au chocolat :
100 g de chocolat noir
1 cuiller à soupe de crème
10 g de beurre mou

Déco
Vermicelles en chocolat - 2 flacons (un n'a pas suffit)
smarties pour les yeux ou autres petits bonbons colorés (genre billes de houx)
(sur d'autres blogs, j'ai vu des yeux réalisés avec des miels pops...)
rouleaux de réglisse pour les pattes.


Préchauffer le four th 6 (175°C). Garnir les empreintes à muffins avec des caissettes.
Placer le cacao et le lait dans un bol en fouettant pour empêcher la formation de grumeaux. Passer au micro-ondes une minute environ pour dissoudre la poudre et former un mélange lisse. Fouetter à nouveau.
Travailler le beurre ramolli coupé en petits morceaux au fouet quelques instants pour lui donner la consistance d'une pommade. Ajouter le sucre et fouetter l'ensemble jusqu'à ce qu'il devienne crémeux et pâle.
Ajouter les oeufs un par un en mélangeant bien entre chaque ajout.
Mélanger dans un bol la farine, le bicarbonate et le sel.
Ajouter en alternance les mélanges d'ingrédients secs et d'ingrédients liquides par moitié sans trop travailler la pâte.
Répartir la pâte dans les douze caissettes.
Enfourner à mi-hauteur et cuire 22 min environ : un cure-dent doit ressortir sans trace de pâte. Laisser refroidir les cupcakes 5 minutes dans les moules puis laisser refroidir complètement à température ambiante. 

Réaliser le glaçage :
Casser le chocolat en carrés et ajouter la crème fraîche.
Passer au micro-ondes dans un récipient adapté pendant une minute à 500 Watts maximum (pour que le chocolat ne perde pas son brillant).
Ajouter le beurre mou et mélanger à la cuiller en bois.

A l'aide d'une petite cuiller, étaler le glaçage sur les gâteaux et décorer avec les smarties et les vermicelles en chocolat. Vous pouvez vous aider d'un cure-dent ou d'un couteau pointu pour trouer les gâteaux afin d'insérer les pâtes...


Cette recette a fait la Une :





Print Friendly and PDF

vendredi 26 octobre 2012

Brioche à index glycémique bas


Il ne fait pas encore (trop) froid,
et c'est la bonne saison pour démarrer les brioches...
Ces petites douceurs fondantes au beurre... 

Sauf que cette brioche n'en contient pas... 
et qu'elle ne contient pas d'oeufs non plus...
Cela n'est plus une brioche alors ?
Et bien siiiii !!!!
Sa texture est absolument fabuleuse,
très moelleuse,
Elle est tout à fait délicieuse !
et bien sûr IG bas...

Je me suis inspirée de ma recette de brioche sans oeufs (ici),
remplacé le beurre par de la purée d'amandes,
J'y suis allée un peu au hasard pour la quantité de lait, 
jusqu'à obtenir une texture qui me semblait idéale.
test réussi, non ?

Depuis que j'ai réalisé cette brioche pour la première fois,
j'en ai refait souvent...
Ma version préférée ?
à la bergamote...
J'ai obtenu une brioche très parfumée, un délice !

J'ai acheté un kilo de citrons bergamote bio,
dont j'ai prélevé les zestes.
Je les ai fait sécher à température ambiante,
puis mixé au mini-hâchoir à herbes électrique.
J'ai gardé la poudre obtenue dans un petit pot à épices bien propre.

Petite astuce
en remplaçant la purée d'amande par de la crème d'amande,
et et réduisant le sucre à une cuiller à soupe,
vous obtenez un délicieux pain de mie intégral.

La recette :

Pour une belle brioche :
450 g de farine T 150 + 2 cuillers à soupe
25 cl de lait écrémé (ou végétal)
80 g de purée d'amandes complètes sans sucre ajouté
80 g de sucre de bouleau (ou autre sucre à IG bas)
1 cuiller à café de sel
25 g de levure de boulangerie fraîche (en cube) ou 1 sachet de levure sèche
50 g de gluten
1 c à café rase de bicarbonate alimentaire

Parfum :
2 gousses de vanille
ou 2 zestes de citron bio
ou 1 cuiller à soupe de zestes de citrons bergamote
ou autres...
dorure : du lait écrémé (ou de soja)

Pétrir votre pâte à brioche à la main, au robot ou à la machine à pain.
Vous devez obtenir une pâte qui devient élastique.


Au Cook'in :
Tiédir le lait et versez en une partie sur la levure.
Laissez la levure se développer une vingtaine de minutes, puis ajoutez les autres ingrédients
(sauf les 2 cuillers supplémentaires).
Pétrir pendant 2 minutes.
Raclez les parois du bol, ajoutez les 2 cuillers de farine et pétrir 2 minutes supplémentaires.
Laissez lever dans un saladier légèrement fariné, couvert d'un linge propre,
dans votre four fermé (l'idéal étant qu'il ait fonctionné avant et soit tiède).


Au robot :
Tiédir le lait et versez en une partie sur la levure.
Laissez les levures se développer une vingtaine de minutes, puis ajoutez les autres ingrédients
(sauf les 2 cuillers de farines supplémentaires).
Mélangez avec la feuille du robot, puis remplacez par l'accessoire pétrin.
Pétrir vitesse 2 pendant 6 minutes environ.
Ajoutez les deux cuillers de farine,
puis pétrir quelques minutes de plus.
Votre pâte est devenue élastique et ne colle plus du tout aux parois.

Laissez la lever dans un saladier légèrement fariné, couvert d'un linge propre,
dans votre four fermé (l'idéal étant qu'il ait fonctionné avant et soit tiède).

à la machine à pain :
Déposez tous les ingrédients dans votre machine à pain dans l'ordre préconisé par votre appareil,
(chez moi, d'abord le lait, puis les autres ingrédients).
Ne mettez pas la levure en contact avec le sel et le sucre.
Faire fonctionner votre machine sur le programme "pâte".
Le programme va fonctionner tout seul. Laissez lever votre brioche jusqu'en haut de la cuve (même si le programme est déjà terminé).

-§-

Former votre brioche comme vous le souhaitez.

Déposez votre brioche soit sur une plaque de cuisson ou dans un moule,
recouverts de papier sulfurisé et laissez doubler de volume, toujours dans votre four fermé,
couvert d'un linge propre.
cela prend entre une à deux heures.

Préchauffez votre four à 180°.

Dorez votre brioche avec du lait de soja (ou écrémé) ou du blanc d'oeuf.

Cuire environ 25 minutes, en couvrant d'une feuille d'aluminium à mi cuisson.

Testez la cuisson en plongeant la pointe d'un couteau au coeur de la brioche quelques secondes,
il doit ressortir sec.

Laissez refroidir sur une grille et dégustez.

La version fourrée à la pâte à tartiner (ou à la confiture) :

Préparez la pâte à tartiner :


Mélangez tous les ingrédients ensemble,
dans un pot à confiture ou un bol avec un petit fouet. 
N'hésitez pas à la préparer la veille,
les saveurs seront encore plus concentrées. 


Pâte à tartiner choco noisette :
5 cuillers à soupe de purée de noisettes complètes bio sans sucre
1 cuiller à café bombée de cacao en poudre
 environ 3 cuillers à soupe de sirop d'agave (au goût)
si nécessaire, quelques cuillers de lait ou de crème végétale (selon la consistance souhaitée).

Façonnage de la brioche :

Etalez la en forme de rectangle sur une feuille de papier cuisson.
(La pâte doit rester assez épaisse)
Coupez les 4 angles, afin d'obtenir un rebord central extérieur.

Puis taillez exactement le même nombre de lanières de chaque côté
(j'ai utilisé une roulette à beignets).
Vous gardez ainsi un rectangle central
(réalisez le moins large que les côtés avec les bandelettes découpées),
sur lequel vous pourrez étaler la garniture.

Etalez la pâte à tartiner (vous pouvez également étaler de la confiture)
 sur la partie centrale, en couche épaisse.


Rabattez d'abord les rebords supérieurs et inférieurs,
puis les lanières, en alternant une lanière gauche, puis droite, jusqu'au bout.
 laissez doubler de volume dans un endroit chaud,
recouvert d'un linge propre. 
(cela prend une à deux heures).

Préchauffez votre four à 190°.
Dorez votre brioche avec du lait.
Cuire environ 25 minutes, en couvrant d'une feuille d'aluminium à mi cuisson.
Testez la cuisson en plongeant un couteau au coeur de la brioche quelques secondes,
il doit ressortir sec.
Laissez refroidir sur une grille et dégustez.




Print Friendly and PDF

mercredi 24 octobre 2012

Petite salade de chou fleur cru (IG très bas)

Encore une petite salade toute simple, qui ne demande pas beaucoup de préparatifs,
et qui est d'un réel plaisir gustatif...
A vos râpes, prêt, feu, râpez !!!

La recette :

Pour un gourmand
Quelques bouquets de chou fleur cru (de quoi remplir les 2/3 d'un bol chinois)
une belle tranche de fromage de chèvre frais
Quelques tomates cerise 
sel, poivre

vinaigrette
une petite cuiller à café de moutarde forte, 
une cuiller à café de vinaigre balsamique blanc,
 une cuiller à café d'huile d'olive (ou de colza)


Coupez le fromage en petits morceaux.

Rincez le chou fleur sous l'eau froide et râpez les parties tendres à la râpe à gros trous.

Emincez les tomates cerise en fines tranches avec un bon couteau.

Préparez la vinaigrette et mélangez la au chou fleur, au fromage et aux tomates. 

Salez, poivrez et gardez au frais jusqu'à dégustation.


Print Friendly and PDF

vendredi 19 octobre 2012

Muffins Citron, orange et Pavot, au doux parfum de coco

Nouveau test aujourd'hui avec la farine de coco,
Cette petite farine qui a un parfum suave,
vraiment agréable dans les desserts.
Son index glycémique est à 35,
Elle est donc très intéressante !

Pour connaître les qualités nutritionnelles exceptionnelles de cette farine,
je vous invite à lire un article (ici)  du blog "Le chaudron pastel de Mély",
que j'ai découvert tout récemment,
et qui regorge d'articles très renseignés.
Mély nous fait également partager ses recettes,
parfois magiques, parfois féériques,
dans une ambiance de douceur et de poésie...

La farine de coco ne s'utilisant pas seule,
je l'ai associée à de la farine de soja et à de la poudre d'amandes...

Ces petits muffins sont très parfumés.
On y sent vraiment bien le citron et la noix de coco, un peu moins l'orange,
ils ont fait un tabac chez moi !

Je n'avais pas encore testé le pavot avec le citron,
comme je l'aime avec un petit goût de grillé,
j'ai décidé de le déposer sur mes muffins,
mais vous pouvez très bien en mettre dans votre pâte...

La recette :

Pour 10 beaux muffins :
3 oeufs (blancs et jaunes séparés)
zeste d'une orange
zeste d'un citron
jus d'un citron et demi
10 cl d'huile d'olive
125 g de sucre de bouleau (ou autre sucre à IG bas)
70 g de poudre d'amandes blanches
70 g de farine de soja
70 g de farine de coco
5 cl de lait de soja non sucré
5 cl de crème d'amande non sucrée
une levure instantanée
une pincée de sel
graines de pavot à saupoudrer
(si vous les mettez dans vos muffins, comptez une cuiller à soupe rase)


Préchauffez le four à 180°.

Déposez des empreintes papier dans des moules à muffins.

Montez les blancs d'oeufs en neige juste fermes avec la pincée de sel. Réservez.

Prélevez les zestes d'orange et de citron. Puis le jus de citron.

Battre les jaunes d'oeufs avec le sucre.

Ajoutez les farines et la poudre d'amandes mélangées à la levure, l'huile d'olive,
le lait et la crème de soja.

Mélangez bien le tout au fouet.

Ajoutez les zestes et jus et mélangez.

Ajoutez enfin délicatement les blancs en neige en soulevant la masse par le dessous à la spatule.

Répartir la pâte dans les moules à muffins à l'aide d'une cuiller à glace à ressort,
presque jusqu'en haut des empreintes.

Saupoudrez de graines de pavot, au goût.

Cuire environ 30 minutes. Au bout de 20 minutes de cuisson, vous pouvez couvrir vos muffins d'une feuille d'aluminium.

Laissez refroidir 10 minutes dans les moules puis complètement hors des moules et régalez vous !


Info index glycémique :
Lors d'un repas protido lipidique, 
tous les aliments doivent comporter un index glycémique inférieur ou égal à 35.
Les farines classiques type blé, épeautre, seigle ne conviennent donc pas
et doivent être remplacées.
D'où l'utilisation de farine de coco (IG 35),
farine de soja (IG 25),
amandes en poudre (IG 15).

Vous imaginez le moelleux et le goût de cette douceur ?


Cette recette a fait la Une sur :




Print Friendly and PDF

jeudi 18 octobre 2012

Pain intégral de blé au levain naturel -cuisson cocotte- IG bas

Bonjour, bonjour !
Le pain que je vous présente aujourd'hui est non seulement excellent,
mais c'est le seul pain extrêmement recommandable,
à déguster lors de repas GP (matin et /ou soir), 
sans passer par la case tiroir caisse de la boutique Montignac...

J'ai trouvé beaucoup de conseils et d'astuces pour réaliser ce pain sur le blog de Gilda,
Nous avons longuement échangé à plusieurs via commentaires (merci Nicolas !),
voici donc ma version du pain intégral au son d'avoine et au levain naturel.

Ce pain, malgré un levain bien actif ,
(vous l'avez vu en application dans la recette d' hier, créant d'énormes bulles dans mon pain blanc),
ici lève moins, du fait que la farine T 150 est pauvre en gluten.
Je suis toutefois satisfaite du résultat car il est tout de même aéré.

Je prépare ce pain dès le réveil car il lève 12 heures, je le cuits en soirée,
je peux donc le déguster et profiter de ses bienfaits dès le lendemain matin.

Pourquoi utiliser du levain naturel dans le pain intégral ?
Parce que les levures ou même le levain en poudre,
déminéralisent les os s'ils sont utilisés avec des farines intégrales...
C'est bon à savoir, n'est ce pas ?

De plus j'utilise une farine bio à grosse granulométrie qui vient d'un moulin local.

C'est selon les critères ci dessus (farine à grosse granulométrie, levain naturel, levée très lente) qu'est préparé le pain Montignac à IG de 34, 
donc très bas et bon pour ma ligne...
Nous ne sommes peut-être pas au même IG, 
mais on doit s'en rapprocher 
grâce à l'ajout de son d'avoine. 

Pour la petite histoire, au départ je réalisais ce pain juste pour moi...
C'était "MON" pain !
Mes filles l'ont goûté et elles l'adorent !
Ce qui est un réel signe de sa saveur...

La recette :

Pour un beau pain :
200 g de levain intégral naturel  - élevé par mes (vos) soins - ma recette (ici)
300 g de farine intégrale (de blé - T 150 ou autre céréale)
100 g de son d'avoine
environ 250 ml d'eau tiède (en fait la quantité nécessaire à obtenir une pâte suffisamment humidifiée)
2 cuillers à café rase de sucre à IG bas (bouleau pour moi)
2 cuillers à café de sel
40 g de gluten (10 % de vos farines et son)


Au robot, mélangez tous les ingrédients avec l'accessoire mélangeur pendant quelques minutes.

Quand le mélange est bien homogène, échangez avec l'accessoire pétrisseur et pétrir la pâte, 
vitesse 2 pendant 5 minutes.

Transvasez la pâte à pain dans une cocotte en fonte émaillée, au fond de laquelle vous aurez glissé du papier sulfurisé (qui dépasse largement).

Laissez lever la pâte dans la cocotte pendant 6 heures recouverte d'un linge propre, vers une source de chaleur par exemple (radiateur, poêle à bois, cheminée).

Dégazez votre pâte en appuyant dessus avec le plat de la main et laissez lever 6 heures de plus.

Au bout des 12 heures de levée, faites cuire votre pain dans votre four, départ à froid, à 220°, pendant une heure, en déposant le couvercle sur votre cocotte.

Sortez la cocotte du four, retirez votre pain en vous aidant du papier cuisson, puis retirez le et laissez refroidir votre pain sur une grille.

Vous pouvez bien sûr cuire votre pain dans un moule (à cake par exemple), ce sera mon prochain essai, j'ajouterai la photo semaine prochaine.


Info IG bas :
Alors on y met quoi sur ce bon pain pour rester avec un IG bas ?
- de la purée d'amande complète sans sucre ajoutés,
- de la confiture au fructose ou
- de la confiture sucrée au jus de pommes, la meilleure à mon goût, celle de la marque Rigoni di Asiago, qui a l'avantage d'être bio.
- de la confiture sucrée au jus de raisin.
- de la pâte à tartiner à IG bas (ma recette ici)

Et qu'est ce qu'on n'y met pas ?
- du beurre... même salé (désolée pour les bretonnes qui me suivent),
- de la confiture au sucre classique,
- des confitures dont les fruits ont un IG > 50 
(banane, papaye, melon, châtaigne...)
- du Nutella (bourré d'huile de palme)
- de la margarine, même bio elles contiennent TOUTES de l'huile de palme !
que l'on trouve sous l'appellation huiles végétales.

Cette recette a été sélectionnée par :



Print Friendly and PDF

mercredi 17 octobre 2012

Pain blanc (au levain)

Comme vous l'avez vu hier, j'ai redémarré un levain.
Car chez moi, on adore le pain !

Voici donc un pain réalisé avec de la farine blanche, mais le levain maître est intégral.

Vous avez vu les belles bulles d'air à l'intérieur ?
(voir plus bas)

Et je peux vous dire que niveau goût, rien ne vaut un pain au levain naturel !
Votre MAP ne vous offrira jamais un tel résultat...

Demain matin sur le blog,
mon pain intégral, au levain naturel, bien sûr...
Cuisson cocotte.


Pour un beau pain au levain :
440 g de farine blanche T 65 bio + 2 cuillers à soupe rase
240 g d'eau tiède
240 g de levain naturel (la recette ici)
2 cuillers à café de sel
2 cuillers à café de sucre

(Ce pain a été cuit sur une plaque de cuisson)

La veille au matin de faire votre pain, rafraîchissez votre levain
ajoutez 50 g de farine T 150 et 50 g d'eau tiède.

Le soir même, conserver 25 g dans votre bocal de levain maître
(ajoutez à nouveau 50 g de farine T 150 et 50 g d'eau tiède et laissez le suivre son cycle complet)

ajoutez au reste de levain 100 g de farine blanche (T 55 ou 65)
et 100 g d'eau tiède, aérez bien ce levain avec un fouet rincé et laissez le lever toute la nuit.

Le lendemain matin, mélangez au robot tous les ingrédients de votre pain avec l'accessoire mélangeur
(ou à la main dans un grand saladier).

Quand les ingrédients sont bien amalgamés, continuez avec l'accessoire pétrisseur. 

Pétrir la pâte vitesse 2 pendant 5 minutes (idem à la main).

Ajoutez 2 cuillers à soupe de farine, incorporez la sur vitesse 1-2, puis montez la vitesse sur 4 et laissez la pâte se pétrir pendant 10 minutes. La pâte doit être bien élastique. Si ce n'est pas le cas, prolongez le pétrissage de quelques minutes.

Le pointage :
Dans un saladier, déposez une feuille de papier cuisson, farinez la abondamment et déposez la pâte pétrie dessus. Couvrir avec une cloche à gâteau et laissez lever 3 heures
(si possible vers une source de chaleur).

La pâte doit au moins doubler de volume.

L'apprêt :
Aplatir votre pâte avec la paume de la main, pétrissez la une minute, après avoir pris soin de retirer la farine du dessous.

Moulez votre pain comme vous le souhaitez (ici en boule) et déposez le sur la plaque qui vous servira à la cuisson, recouverte de papier cuisson fariné. 

Farinez le dessus de votre pain, couvrez le de la cloche à gâteau et laissez lever au moins 2 heures, toujours vers une source de chaleur
(en ce moment, je le mets derrière ma baie vitrée, mais un radiateur,
une cheminée sont parfaits également).

Cuisson :
Chauffez votre four à 240° avec une grille posée au milieu du four, la lèchefrite à l'étage inférieur.

Préparez un verre d'eau chaude au moment d'enfourner.

Scarifiez votre pain avec la lame d'un cutter ou d'un rasoir.

Enfournez et aussitôt versez le verre d'eau chaude sur la lèchefrite et fermez aussitôt le four.

Baissez la température à 220° et cuire 35 minutes environ.

Laissez refroidir sur une grille.

(Ce pain a été cuit dans une cocotte en fonte fermée à 230°, départ four à froid, pendant une heure)



Cette recette a été sélectionnée par :



Print Friendly and PDF

mardi 16 octobre 2012

Levain naturel maison (à IG bas - phase 1 - GP)

Voici un processus pour faire naître un levain. Il y a autant de façons de le faire que de boulangers si on peut dire... L'essentiel étant de persévérer, car un levain, c'est vivant, ça nait, ça évolue, ça pousse et malheureusement, cela peut mourir...

N'hésitez pas si vous avez besoin de conseils supplémentaires ou simplement des questions à me contacter par commentaire ou par message privé : fromageoudessert@orange.fr

Bon levain !

Naissance d'un levain (ici de seigle) :
Jour 1 - 20 h 00 :

Dans un bocal, type le parfait (joint retiré) ou un bol si vous n'en avez pas, mélangez :

- 30 g de farine de seigle T 130 ou T 170,
- 30 g d'eau de source ou minérale à température ambiante. (surtout pas d'eau du robinet, qui contient des produits chimiques tels le chlore).

Mélangez à l'aide d'une maryse en plastique ou d'un fouet bien propre. 

Pensez au préalable, à bien rincer vos instruments à l'eau chaude pour retirer toute trace de détergent. Séchez-les avec du papier absorbant.

Fermez votre bocal ou recouvrez votre bol de film alimentaire.
Placer vers un endroit chaud (à côté d'un radiateur par exemple). 

Le levain aime la chaleur pour se développer (entre 18 et 25° c'est l'idéal, au delà de 35° c'est plus compliqué). Lors des mois un peu plus frais comme septembre, octobre, où il ne fait pas encore bien froid dans certaines régions et où on n'allume pas forcément encore le chauffage, vous pouvez le recouvrir d'un lainage. Et prenez soin également de le garder dans un endroit à l'abris des courants d'air, du vent, etc... Vous pouvez même le glisser dans votre four éteint. 

Jour 2 - 8 h 00 du matin :

Le mélange n'a pas changé d'aspect, ni de volume.

Ajouter au mélange :

- 30 g d'eau (toujours la même à température ambiante) 
- 30 g de farine de seigle

Mélangez à nouveau en aérant la pâte au maximum (vous pouvez mélanger avec un fouet bien propre et bien rincé et séché - voir plus haut).

Fermez le bocal ou recouvrez votre bol de film alimentaire, que vous percez avec un couteau. Recouvrez-le de sa petite laine et laissez reposer jusqu'au lendemain matin, toujours vers un endroit chaud, à l'abris des courant d'air.

Jour 2 - 20 h 00 :
Le mélange a légèrement augmenté de volume, il peut avoir formé une croûte plus foncée en surface (pas chez moi).

Ajoutez au mélange, avec un fouet bien rincé et séché (voir plus haut) :
- 30 g d'eau en bouteille à température ambiante,
- 30 g de farine de seigle.
Mélangez vivement, fermez ou couvrez de film alimentaire percé, marquez le niveau de votre levain avec un marqueur, couvrez-le de sa petite laine et laissez à nouveau reposer toute une nuit dans des conditions similaires à précédemment.

Jour 3 - 8 h 00 du matin :

Le levain a cette fois doublé de volume (ou encore augmenté mais pas doublé) et a désormais une consistance de mousse épaisse, mais qui retombe dès que vous la percez, il bulle, il a pu former une croûte plus foncée en surface (ce n'était pas mon cas), il sent la fermentation (le mien sentait à peine).  

Voilà, mon levain est né, je lui ai donc attribué un petit nom : "Barnabé" c''est le premier qui m'est venu... Je trouve sympa de lui donner un petit nom désuet, ça le rend rigolo je trouve... Parlons sérieusement maintenant... Mon expérience du levain intégral me dit qu'à ce stade, le levain n'est pas encore assez fort pour me lancer dans la confection d'un pain. J'ai donc déjà conservé 30 g prélevés sur la totalité, dans un autre bocal que j'ai gardé dans mon frigo. Cela constituera une réserve en cas d'accident (si je venais à perdre mon levain, je pourrais en retravailler un second à partir de celui-ci (on n'est pas à l'abri d'attraper une bactérie, malgré toutes les précautions prises). Et je vais maintenant aider mon levain à prendre de la force...






Prenez 30 g de levain sur la quantité restante et recommencez à le nourrir cette fois toutes les 24 heures, dans ces proportions : ajoutez-lui 60 g d'eau et 60 g de seigle.  C'est ce qu'on appelle "rafraîchir son levain". Le but étant qu'il double son volume au minimum, qu'il forme une mousse épaisse, une croûte brunâtre et épaisse en surface, de belles bulles sur le tour du bocal en verre et qu'il sente bon le levain. Cela m'a pris 3 jours de plus. Au terme de ce sixième jour de rafraichis, mon levain avait même triplé de volume ! Là, on peut se dire qu'il est prêt pour fabriquer du pain...






on récapitule la technique du rafraîchi :
Quand vous rafraîchissez votre levain le but est de l'aérer au maximum. Vous pouvez donc utiliser une maryse en plastique ou un fouet bien propres et rincés à l'eau très chaude et essuyés au papier absorbant. Remuez ou fouettez énergiquement quelques minutes, pour y intégrer un maximum d'air. Ensuite, raclez les bords à la maryse. Notez le niveau d'un trait de marqueur et conservez-le dans un bocal à conserve dont vous aurez retiré le joint. Le peu d'air qui passe suffira à votre levain. Couvrez-le d'un lainage et conservez-le dans un endroit tempéré et à l'abris des courants d'air. Il doit au moins doubler de volume, (voire tripler) pendant son cycle avant de préparer du pain. 

Pour faire du pain : 
Vous avez donc actuellement au minimum 150 g de levain bien actif (30 g du levain de départ + 60 g d'eau + 60 g de seigle).
Au soir, 12 heures avant de faire du pain, ajoutez-lui de l'eau tempérée non chlorée et du seigle intégral, en quantité nécessaire à la quantité que demande votre recette de pain. J'avais besoin de 200 g de levain prêt à l'emploi pour ma recette de pain, mais j'ai voulu en garder pour nourrir à nouveau mon levain et pour en ajouter dans mon bocal de réserve au réfrigérateur, vu que celui-ci est bien actif. J'ai donc pour cette fois, ajouté 100 g d'eau et 100 g de seigle. La prochaine fois, j'en ajouterai moins. (50 g d'eau et 50 g de seigle, ce qui me fera 250 g de levain prêt à l'emploi, dont 200 à utiliser de suite et au moins 30 g de réserve à nourrir immédiatement). 

Comment rafraichir son levain par la suite :
Votre levain de seigle est maintenant bien actif, c'est le moment de changer éventuellement de type de farine utilisée. J'ai passé le mien au grand épeautre 150, qui est une farine très digeste, riche en gluten mais qui prend moins bien que le seigle, et qui a un goût délicieux. Je l'ai donc rafraichi de nouveau tous les jours jusqu'à ce que mon levain double au moins de volume. Certaines farines sont plus longues, voir plus difficiles à prendre, telles que l'orge mondée ou le petit épeautre, car elles contiennent beaucoup moins de gluten. Le petit épeautre sera mon prochain essai et je l'espère, pas mon prochain échec !

Ensuite, lorsqu'il est bien actif avec la farine de votre choix, vous pouvez rafraîchir votre levain toutes les 48 heures, toujours dans les mêmes proportions (30 g de levain + 60 g d'eau de source  tempérée + 60 g de farine).

Mon expérience m'a prouvé qu'un levain jeune est fragile, au départ il vaut mieux le garder à température ambiante, le nourrir souvent, afin qu'il ne pourrisse pas. Au bout de quelques mois, vous pourrez le conserver au frigo.

Votre levain doit toujours avoir une petite odeur aigrelette de fermentation. Par contre, s'il sent très mauvais (une odeur de pourri), jetez le... il aura été infecté par de mauvaises bactéries.


levain à la farine blanche (vous pouvez aussi réaliser du levain avec une farine blanche si vous ne mangez pas à IG bas, dans les mêmes proportions. Votre levain prendra beaucoup plus vite. Mais commencez toujours avec du seigle les deux premiers jours).

Les astuces pour réussir son levain du premier coup :
- utiliser une eau peu chlorée (vous pouvez utiliser de l'eau de source).
- ne pas utiliser une farine ouverte il y a des semaines.
- utiliser une farine BIO pour faire du pain et pas de la pâtisserie, une T 55 ou 65 si elle est blanche et T 150 pour du pain intégral.
- utiliser un contenant bien propre et sans trace de liquide vaisselle, donc bien rincé à l'eau chaude.
- utiliser des ustensiles bien propres et bien rincés.
- sécher vos instruments avec du papier absorbant propre ou un torchon tout propre.
- ne pas utiliser de contenants en métal.
- laisser votre levain prendre et vivre à plus de 16° (à moins de 35°) pendant au moins deux mois après sa naissance, ensuite vous pouvez le garder au frigo (si vous faites du pain occasionnellement).

En gardant votre levain au frigo, n'oubliez pas de le rafraîchir une fois par semaine (une petite alarme sur le téléphone et hop).

Si votre levain est fatigué, mou, voire dépressif  :
Si votre levain a un coup de mou (s'il devient moins actif et que vos pains sont raplapla), le nourrir à nouveau deux fois par jour dans les mêmes proportions (30 g + 60 g d'eau + 60 g de farine), jusqu'à ce qu'il double ou triple son volume en 8 à 12 heures (cela peut prendre quelques jours), on n'en conserve toujours que 30 g une fois qu'il est redescendu. Gardez le à température ambiante pendant quelques temps.

Que faire du rabe de levain (actif) ?
- en conserver au moins 50 g au frigo, juste au cas où (dans une petite tasse couverte de film percé)
- en donner à une copine.
- le sécher et en envoyer aux copines qui vivent au pays de Fortfortlointain.
- Le conserver et faire de la brioche, des crêpes ou des gaufres avec (remplace la levure).

Je n'ai peut-être pas pensé à tout alors n'hésitez pas à me poser des questions...



Print Friendly and PDF

lundi 15 octobre 2012

Crème minute au chocolat et poire cacaotée

Vous savez ce que c'est, j'en suis sûre, d'avoir une envie irrépressible de chocolat ?
Cela m'arrive de temps en temps (bon d'accord... souvent !)
et là, il me faut ma dose, tout de suite (ou presque)...

C'est ce qui s'est passé pour cette recette...
Une barquette de tofu soyeux attendant son heure au frigo et le tour était joué...
Et c'est IG bas, bien sûr, où comment se faire plaisir sans culpabilité aucune !
Ce dessert est léger et très savoureux...
à vos p'tites cuillers !

La recette :

pour 3 gourmands :
50 g de chocolat noir à 70 % minimum
5 cl de lait végétal non sucré
(soja, amande ou noisette pour un IG bas, pas d'avoine ou de riz)
2 belles cuillers à soupe de cacao sans sucre
3 belles cuillers à soupe de sucre de bouleau (ou autre sucre à IG bas)
400 g de tofu soyeux bien froid
3 poires mûres et savoureuses
un peu de cacao en poudre pour la déco


Fondre le chocolat avec le lait végétal dans une petite casserole, à feu doux.
Mélangez à la cuiller en bois. 

Transvasez dans un grand bol afin qu'il refroidisse plus rapidement. Ajoutez lui le sucre et mélangez.

Pendant ce temps, au blender, fouettez le tofu soyeux à grande vitesse,
jusqu'à ce qu'il forme une crème onctueuse.

Puis montez cette crème au fouet électrique comme une chantilly épaisse
(je l'ai fait au robot muni du fouet planétaire).

Ajoutez lui le cacao en poudre, continuez de fouetter,
puis le chocolat fondu sucré à température ambiante,
jusqu'à ce que la crème soit bien homogène.

Répartir dans 3 verrines aux 2/3 de la hauteur. Conservez au frais quelques instants.

Epluchez vos poires, coupez les en deux dans la longueur en laissant la queue sur une des moitiés. 

Evidez les pépins à la cuiller parisienne.

Coupez une moitié de poire (celle qui n'a plus de queue) en petits dés et déposez les sur les crèmes. Poudrez de cacao au moment de servir.

Servez avec la demi poire restante, à croquer !

Info Index glycémique :
le chocolat noir dosé avec un minimum de 70 % de cacao est préconisé
 dans la méthode des index glycémiques pour mincir. 
Il est même l'un des 8 éléments à favoriser, même s'il contient du "vrai" sucre.
En effet, les fibres solubles contenues dans le cacao neutralisent l'effet du sucre.

Ce dessert  se consomme lors d'un repas protido lipidique (PL)




Print Friendly and PDF

vendredi 12 octobre 2012

Pain d'épice ultra moelleux et à IG bas s'il vous plait !


Le pain d'épice, quel délice !
C'est un de mes cakes préférés...
Pouvoir se faire plaisir,
sans prendre un gramme...
C'est possible avec cette recette...

Réalisé en muffins,
le temps de cuisson est considérablement réduit,
sans en altérer la saveur...
C'est comme on aime !


La recette :

Pour un beau pain d'épices (moule à cake de 30x11cm) ou 8 muffins :
220 g de miel d'acacia (seul miel à IG bas)
60 g de sucre à index glycémique bas (ici, bouleau)
150 g de farine de blé intégrale (T150)
3 blancs d'oeufs
50 g de son d'avoine finement mixé
50 g de poudre d'amande
10 cl de lait de soja
1 sachet de levure chimique (ou de poudre à lever bio)
1 cuiller à café de cannelle
2 cuillers à café d'épices à pain d'épices Eric Bür
(anis vert, cannelle, gingembre, badiane, cardamome, poivre noir,
coriandre, muscade, piment doux, clous de girofle)


Préchauffez votre four à 180°.

Chauffez le miel avec le sucre 30 secondes au micro-ondes.

Versez les dans un saladier.

Ajoutez et mélangez les autres ingrédients jusqu'à obtenir un mélange homogène.

Versez dans un moule à cake dans lequel vous aurez déposé une grande feuille de papier cuisson ou dans des empreintes papier déposées dans des moules à muffins.

Cuire 50 minutes à 1 heure environ, selon les fours.
20 à 25 minutes pour les muffins.
 A mi-cuisson, couvrir le (les) gâteau (x) d'une feuille d'aluminium.

Vérifiez la cuisson en plongeant un cure-dent à coeur du gâteau, qui doit ressortir sec.



Info index glycémique :
Seul le miel d'acacia est autorisé de par son index glycémique faible (30).
Les autres miels voient leur index grimper à 60,
ils sont donc (malheureusement) incompatibles
à un objectif minceur...




Cette recette a été sélectionnée par :



Print Friendly and PDF

mercredi 10 octobre 2012

Nouilles de soja et petite sauce aux parfums d'Asie (version PL et GP)

Idéalement servi avec une salade verte,
ce plat est vraiment délicieux et plein de saveurs...
Départ pour l' Asie assuré...

Ces nouilles de soja ont un IG très bas,
servez les lors de repas Protido lipidiques avec de la viande de boeuf comme en bas de page,
ou avec du poisson ou des crevettes ci-dessus, lors de repas glucido protidiques.

La recette :
Pour 3 gourmands :
200 g de nouilles de soja
1 poivron
sauce soja salée (sans sucres ajoutés)
1 gousse d'ail
gingembre en poudre
quelques tomates cerise 
100 à 150 g de viande ou de poisson
poivre
huile d'olive

Eplucher et ciseler très finement l'ail.

Coupez le poivron en lamelles (après avoir retiré graines et parties blanches).

Tranchez finement les tomates cerise.

Faites tremper les nouilles de soja dans un saladier rempli d'eau très chaude (mais non bouillante) pendant 10 minutes. Egouttez les .

Dans une poêle chaude ou un wok, saisir à feu vif l'ail dans un peu d'huile d'olive 
quelques secondes en remuant.

Ajouter le poivron, faites le dorer en remuant régulièrement. 

Ajoutez de l'huile d'olive si nécessaire
Lors de repas GP, utilisez très peu d'huile, une cuiller à soupe maxi pour toute la recette.

Réservez dans une assiette.

Saisir la viande ou le poisson choisi et émincé quelques instants en remuant. 

Poudrez de gingembre en poudre (au goût).

Ajoutez les poivrons, les nouilles, de la sauce soja pour que les nouilles puissent s'en imprégner.
Remuer avec une pince à pâtes. 

Goûtez et si nécessaire ajoutez du gingembre, il faut que ça pique un peu la langue.

Servir et répartir quelques tranches de tomates.



Print Friendly and PDF

lundi 8 octobre 2012

Pâte à tartiner choco noisette instantanée - Crêpes de petit épeautre

Je pense que si vous suivez mon blog depuis un certain temps
Vous avez compris que je ne mange plus qu'index glycémique bas...

Vous avez vu comment je me fais plaisir, gourmande que je suis,
à déguster toutes ces douceurs à IG bas ?
En voici encore la preuve aujourd'hui avec ces deux recettes.

Elles viennent toutes deux du Blog de Gilda,
qui tient son blog de recettes, conseils, astuces, idées de menus, soutien,... 
pour toutes celles et ceux qui suivent la méthode d'amincissement 
à index glycémique bas. 
Parce que la méthode paraît simple, 
sauf que parfois des finesses nous échappent,
Gilda et son équipe de Super Wonder Women des IG
aident grâcieusement celles et ceux qui le souhaitent.

Je vous invite à visiter son blog plein de bonne humeur, 
et très très riche en infos sur la question !

Les recettes :

Pâte à tartiner choco noisette instantanée :
5 cuillers à soupe de purée de noisettes complètes bio sans sucre
1 cuiller à café bombée de cacao en poudre
 environ 3 cuillers à soupe de sirop d'agave (au goût)
si nécessaire, quelques cuillers de lait ou de crème de soja (selon la consistance souhaitée).

Mélangez tous les ingrédients ensemble dans un pot à confiture ou un bol avec un petit fouet. 

Si possible, préparez votre pâte à tartiner la veille pour le lendemain,
les saveurs seront encore plus concentrées. 

Conservez la au frais, à couvert.



Crêpes au petit épeautre (pour 3-4 personnes) :
250 g de farine de petit épeautre intégrale (ou de blé T 150)
50 cl de lait de soja
3 blancs d'oeufs
(facultatifs si vous avez une poêle en céramique ou anti adhésive)
2 cuiller à soupe de sirop d'agave ou autre sucre à IG bas
une pincée de sel
2 cuillers à soupe d'eau de fleur d'oranger (ou de rhum)

Mélangez tous vos ingrédients en terminant par le lait (l'idéal au blender)

Laissez la reposer un quart d'heure.

Si la pâte est trop épaisse, ajoutez un peu d'eau ou de lait de soja.

Huilez légèrement votre poêle bien chaude
(huile d'olive sur papier absorbant),
et cuire vos crêpes.

Ces crêpes sont également délicieuses nature,
si on ajoute une cuiller de sucre supplémentaire dans la pâte 


Ces deux recettes sont GP (glucido protidiques)
vous pouvez les déguster le matin ou le soir.


Print Friendly and PDF

vendredi 5 octobre 2012

Cheesecake citron et framboise et sa pâte saveur pain d'épice

Je suis toujours dans le citron et la framboise...
C'est de la faute de Marie !!! du blog "Marie cuisine pour 6" 
Marie organise un concours (ici) :


Revisiter une de ses recettes, quel plaisir !
Son blog regorge de recettes plus gourmandes les unes que les autres...
En fouillant chez elle, 
j'ai décidé de revisiter son cheesecake (là).

Le mien se devait d'être à index glycémique bas,
il me fallait donc déjà revisiter sa recette en ce sens...
On change la pâte... et hop !
Le sien est à la vanille... mais j'ai vraiment trop envie de citron...
Hop, au citron ! 
Le sien est au creamchease... Je n'aime pas ça...
Hop, au fromage blanc !
Donc obligé de le cuire contrairement au sien...
Même pas peur !
Elle a accompagné le sien d'un coulis de fraises de Plougastel (ici),
maiiiiiis sa recette d'origine comportait un coulis de framboises...
Il en sera ainsi pour le mien ! 
(surtout qu'il m'est maintenant impossible de trouver des fraises).

La recette :

A réaliser la veille pour le lendemain :
Pour un moule à manqué de 19 cm de diamètre - 6 parts : 
L'idéal est d'utiliser un moule à charnière (amovible) 
pour obtenir des bords bien lisses et un démoulage facile.
Ce ne fut pas mon cas, j'ai utilisé un moule à manqué classique.

(entre parenthèses, les quantités pour un grand moule à charnière de 26 cm de fond)

Pâte saveur pain d'épice, adaptée de la pâte sablée à l'amande Montignac :
100 g d'amandes en poudre (150 g) - complètes chez moi
1 oeuf + 1 blanc (2 oeufs + 1 blanc)
2 cuiller à soupe de fructose - ou autre sucre à IG bas - (3 cuillers) 
une petite cuiller à café d'épices à pain d'épices (une petite cuiller bombée)
1 cuiller à soupe d'eau froide (2 cuillers)
une pincée de sel

garniture aérienne au citron :
500 g de fromage blanc à 20 % (ça fonctionne très bien au 0 %) -  (750 g)
150 g de crème fraîche épaisse légère (200 g)
160 g de fructose (200 g)
zeste d'un citron (ajoutez son jus)
si vous ne parfumez pas votre cheesecake au citron, vous pouvez moins le sucrer   
3 oeufs séparés (5 oeufs)

Coulis de framboises :
300 g de framboises (500 g)
3 cuillers à soupe de fructose (4-5 selon les goûts) 

Préchauffez votre four à 160. préparez la pâte dans un saladier en mélangeant l'oeuf battu avec le sucre, la poudre d'amande, les épices et l'eau, à l'aide d'une fourchette.

Déposez une feuille de papier cuisson dans votre moule à manqué 
(ou utilisez un moule à charnière, le top au démoulage !).

Etalez cette pâte sur le fond à l'aide d'une cuiller.
Etalez le blanc d'oeuf au pinceau sur la pâte
et cuire 15 minutes jusqu'à ce que la pâte soit légèrement dorée.

Réduire la température du four à 140°.

Pendant ce temps, préparer la garniture.
A l'aide d'une râpe très fine, prélevez le zeste de citron.

Montez les blancs d'oeufs en neige bien ferme avec une pincée de sel, 
ajoutez leur la moitié du sucre petit à petit en continuant de fouetter quelques minutes,
jusqu'à obtenir une masse brillante et serrée.

Mélangez ensemble les jaunes d'oeufs, l'autre moitié du sucre, 
le zeste de citron (voire le jus), le fromage blanc et la crème.
Ajoutez les blancs meringués au mélange en soulevant la masse par le dessous à l'aide d'une spatule,
jusqu'à obtenir une masse bien homogène.

Versez ce mélange sur la pâte et cuire pendant au moins une heure (une heure 10 chez moi)
Votre cheesecake doit être bien doré.
(Un cure-dent piqué à coeur doit ressortir sec)

Laissez refroidir complètement dans le four éteint
Puis mettre au frais quelques heures avant dégustation.

Préparez le coulis peu de temps avant le service.
Passez les framboises au moulin à légume afin de retirer les grains
(ou au robot, puis au tamis).
Ajoutez le sucre et mélangez.
@@@
Toutes les astuces concernant le cheesecake au fromage blanc viennent du blog 

"Pâtisserie Maison" (ici)
sur lequel les cheesecakes sont à tomber !!!


Cette recette a été sélectionnée par :




Cheesecake citron et framboise et sa pâte saveur pain d'épice

... A réaliser la veille pour le lendemain : Pour un moule à manqué de 19 cm de diamètre - 6 parts :    L'idéal est d'utiliser un moule à charnière (amovible)  pour obtenir des bords bien lisses et un démoulage facile. Ce ne fut pas mon cas, j'ai utilisé un moule à manqué classique.  



Print Friendly and PDF