jeudi 28 mars 2013

Gratin de chou fleur à IG très bas


Le gratin préféré de mes filles et un peu le mien aussi...
Vu que la météo ne veut pas nous amener le printemps,
je reste dans des plats réconfortants...
Mais tu peux venir quand tu veux petit printemps,
nous t'attendons tous avec impatience !!!

L'idéal est de réaliser cette recette la veille,
pour que les saveurs aient le temps de se développer.
Réchauffé le lendemain, 
il est tout simplement délicieux !

LA RECETTE :

Pour 4 à 6 personnes
1 chou fleur frais
(pas de surgelé par pitié, c'est tellement meilleur avec un frais)
sel, poivre

Béchamel :
80 g d'huile d'olive
80 g de crème d'orge (vous pouvez en trouver ici)
60 cl de lait 1/2 écrémé
sel, poivre
emmenthal râpé 

Détaillez le chou fleur en petits bouquets et cuisez les dans un grand volume d'eau salée jusqu'à ce qu'ils soit tendre (environ 20 minutes).
Egouttez le.

Pendant ce temps, préparez la béchamel

au cook'in (recette à la casserole en bas de page) :

Clipez le fouet sur les lames et déposez l'huile et la crème d'orge dans le bol.

Programmer 1 minute à 80°, vitesse 5.

Ajoutez le lait, le sel, le poivre puis

Programmer 6 minutes à 110°, vitesse 5.

Vous obtiendrez une béchamel épaisse parfaite.

Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire et fouettez à nouveau une trentaine de secondes.

Huilez un plat à gratin de taille moyenne.

Répartir le chou fleur bien égoutté dans le plat.
(il m'en reste, je le garde pour Monsieur Dessert qui n'aime pas les gratins)

Versez la béchamel sur le chou fleur, puis parsemez généreusement de fromage râpé.

Et maintenant 2 solutions :
comme le chou fleur est déjà cuit, ainsi que la béchamel, on peut procéder à une cuisson rapide :
Passez sous le grill du four, puissance 4, pendant environ 10 minutes.

ou à une cuisson plus longue en passant votre plat au four à 210° en cuisson classique,
 pendant environ 40 minutes.

Servir avec une petite salade.

La béchamel à la casserole :
Versez l'huile, ajoutez la crème d'orge, mélangez à feu moyen jusqu'à épaississement.

Ajoutez le lait, petit à petit en fouettant, le sel et le poivre, puis cuire jusqu'à une minute après ébullition.

Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire et mélangez à nouveau.



Print Friendly and PDF

lundi 25 mars 2013

Tarte aux Ciflorettes, sur pâte sablée et crème pâtissière (à IG très bas)






















Ca y est, elles est là !!!
Mon fruit préféré, la FRAISE, arrive déjà sur les étals,
pour mon plus grand plaisir !
(précoce cette année, non ?)

Je débute ma série de desserts aux fraises avec une délicieuse tarte,
qui a trôné sur ma table d'anniversaire !

Composée d'une délicieuse pâte sablée (aussi bonne que celle au beurre), 
surmontée d'une crème pâtissière,
recouverte de délicieuses Ciflorettes cultivées dans le sud de la France,
et nappées d'une gelée réalisée avec les mêmes fruits gorgés de sucre...
Autant vous dire que nous nous sommes régalés !
Et le tout à IG très bas, bien sûr !

J'ai également utilisé cette pâte pour réaliser
ma "tarte au citron meringuée à IG bas",
un pur délice cette pâte !


Alors, ce qui m'a posé problème 
(et ce depuis un certain temps),
c'est la crème pâtissière.
J'ai du en réaliser cinq versions avant d'arriver à une consistance qui me plaise.
Mais ainsi elle est très bonne.

LA RECETTE :

Pour un moule de 27 cm de diamètre :
Pâte sablée :
215 g de farine d'orge mondé
65 g de poudre d'amande
15 cl d'huile de bonne qualité
100 g de fructose
1 oeuf
1 pincée de sel

Crème pâtissière
(entre parenthèses, les quantités si vous réalisez les tartelettes en plus)
500 ml de lait 1/2 écrémé (750 g)
2 jaunes d'oeufs (3)
60 g de farine de soja (90 g)
20 g de farine d'orge mondée (30 g)
100 g de fructose (150 g)
Parfum : zeste d'un demi citron ou 1/2 gousse de vanille (3/4 de citron ou de gousse)

Garniture :
750 g de fraises (ciflorettes de France pour moi) (1 kg)
dont 10 pour réaliser la gelée (15).

Gelée de fraises :
10 fraises (15)
2 cuillers à soupe de fructose (3)
2 feuilles de gélatine (3)


Préparez la pâte sablée :

Mélangez les ingrédients de la pâte sablée dans un saladier. 

Je commence à la fourchette et je termine à la main.

Etalez la pâte entre deux feuilles de papier cuisson.

Déposez la pâte dans un moule à tarte et découpez les bords.

Il vous restera de la pâte, vous pouvez réaliser des sablés ou des tartelettes comme je l'ai fait.

Pendant que vous préchauffez votre four à 180°, déposez votre moule garni de la pâte au congélateur.

Cela évitera à la pâte de se rétracter à la cuisson.

Déposez une feuille de papier cuisson sur la pâte et un moule de 25 cm par dessus. 

Enfournez 5 minutes.  Retirez le moule du dessus et le papier cuisson et cuire 10 minutes supplémentaires.

Laissez refroidir 5 minutes puis démoulez et laissez refroidir sur une grille.



Pendant ce temps, préparez la crème pâtissière :

Faites bouillir le lait avec le citron râpé finement ou la vanille égrenée. 

Mélangez le jaune d'oeuf au sucre au fouet. Ajoutez la farine et mélangez. 

Le mélange n'est pas homogène, ce n'est pas grave.

Ajoutez le lait petit à petit en fouettant énergiquement, jusqu'à tout incorporer.

Portez à nouveau sur le feu et cuire à feu moyen/fort (7 sur l'induction) jusqu'à ébullition.

Versez sur la pâte et laissez refroidir. Déposez au frais.

Quand la crème est fraîche, lavez les fraises rapidement à l'eau fraîche. 

Coupez les en deux et garnissez la tarte harmonieusement.


Préparez la gelée :

Mettre la gélatine à ramollir dans un grand bol d'eau froide pendant 5 minutes.

Mixez les fraises (je le fais au mini-hâchoir à herbes). 

Passez le coulis au tamis pour retirer les graines, ajoutez le fructose et mélangez.

Portez à feu moyen/fort jusqu'à ébullition.

Egouttez la gélatine et essuyez la sur du papier absorbant.

Mettez la à fondre dans le coulis chaud en fouettant énergiquement.

Nappez les fraises au pinceau et conservez au frais jusqu'à dégustation.


Cette recette a été sélectionnée par




Print Friendly and PDF

mercredi 20 mars 2013

Madeleines au chèvre et aux abricots moelleux (IG très bas)

Si comme moi vous appréciez les saveurs sucrées/salées,
ces petites madeleines vont vraiment vous plaire...

Je les ai dégustées avec une salade lors d'un repas de midi...
un repas complet, nutritif et végétarien comme je les aime...
Mais vous pouvez très bien les servir à l'apéritif.

Le mélange de saveurs est vraiment sympathique,
et avec un IG très bas,
donc bon pour la ligne !!!

LA RECETTE :

Pour une vingtaine de madeleines :
2 oeufs
150 g d'huile végétale de bonne qualité
1 cuiller à café de poudre à lever (ou de levure chimique)
140 g de farine de soja précuit
12 abricots moelleux coupés en 8
2 crottins de chèvre coupé en petits morceaux
environ 17-20 cl de lait (ici 1/2 écrémé)
une pincée de sel
un peu de poivre

Mélangez tous les ingrédients de la pâte jusqu'à obtenir une pâte homogène et semi-liquide.
(ajoutez le lait petit à petit jusqu'à la consistance idéale).

Salez et poivrez.

Ajoutez les abricots et le fromage de chèvre.

Si vous utilisez des empreintes à madeleines en silicone, 
déposez les sur une plaque de cuisson en métal.

Huilez vos empreintes si nécessaire.

Répartissez la pâte dans les moules (les empreintes seront quasi pleines)
et déposez le tout au congélateur le temps de préchauffer le four à 240°.

Cuire 5 minutes, baissez le four à 210° et cuire environ 6 minutes supplémentaires, 
jusqu'à ce que vos madeleines soient bien dorées.

Laissez refroidir 5 minutes dans les moules puis sur une grille.

Dégustez tiède ou à température ambiante.


J'en avais mis de côté pour le repas de ma fille du lendemain, elle s'est vraiment régalée !


Print Friendly and PDF

mardi 19 mars 2013

Fondant au chocolat à tomber par terre (à la compote) !

fondant au chocolat à la compote
J'ai vraiment des fans géniaux !
Après "le pain d'épice de Joe", c'est Nath qui m'a fait parvenir sa recette de fondant au chocolat,
où la compote remplace le beurre de manière vraiment avantageuse.
J'adore les recettes où on remplace les matières grasses par des substitutifs légers,
quand on obtient une recette à tomber, bien sûr !
Et même si la recette comporte des oeufs,
elle n'en est pas moins légère
et carrément addictive, car c'est un délice pur !
Donc merci Nath pour ta recette et ta gentillesse...

LA RECETTE :

Pour 9 parts de fondant (moule carré de 25x25 cm) :

Compote de pomme
(j'en ai fait plus que pour la recette car chez moi, on adore !)
4 grosses pommes Chanteclerc
un peu de jus de citron

Vous pouvez bien sûr utiliser de la compote sans sucres ajoutés du commerce.

Fondant au chocolat
150 g de chocolat à 70 % minimum (200 pour Nathalie)
200 g de compote de pomme sans sucre ajouté (150 pour Nathalie)
120 g de sucre à IG bas (ici, fructose)
3 oeufs
50 g de farine dont l'IG ne dépasse pas 35 (soja pour moi)


La recette au cook'in (la recette classique en bas de page) :

La compote : j'ai (presque) utilisé la "méthode de Barbara" du blog "Thermomix et IG bas" -

Epluchez les pommes, évidez le centre avec un vide-pomme 
(je n'ai pas encore le coupe-pommes magique),
et coupez les en 8 gros morceaux.

Déposez les dans le bol du cook'in avec un peu de jus de citron

 et cuire 10 minutes à 90°, vitesse 2.

Mixez en fonction turbo 4 x 5 secondes.

Réservez.

Rincez et séchez le bol.


Le fondant

Préchauffez le four à 180°.

Hâchez le chocolat au cook'in en programmant 2 x 5 secondes en fonction turbo.

Pesez 200 g de compote et programmez une minute 30, à 40°, vitesse 1.

Pesez le sucre, ajoutez les oeufs entiers.

Programmez 30 secondes, vitesse 5.

Pesez la farine et programmez 30 secondes, vitesse 2.

Si nécessaire, raclez les bords et mixez quelques secondes supplémentaires.

Versez dans un moule carré de 20x20 recouvert de papier cuisson.

Cuire 20 minutes (25 chez moi), jusqu'à ce que le dessus du fondant craquèle.

Laissez refroidir complètement avant de déguster.


La recette, de manière classique :

La compote :
Pelez, évidez et coupez les pommes en petits dés.

Ajoutez le jus de citron et cuire en casserole, à feu doux pendant environ 20 minutes. 

Passez au mixer plongeant pour obtenir une compote fine.

Le fondant :
Mélangez la farine, le sucre et les oeufs sans faire de grumeaux.

Ajoutez le chocolat que vous aurez préalablement fondu, 
mélangez bien, puis ajoutez la compote. Mélangez à nouveau.

Versez dans un moule carré de 20 x 20, dans lequel vous aurez déposé du papier cuisson.

Cuire 20 à 25 minutes, jusqu'à ce que le dessus du fondant craquèle.

Laissez refroidir complètement et déguster.



Print Friendly and PDF

dimanche 17 mars 2013

Des mantecados (mantécaos) pour ma copine Stella !

Aujourd'hui, une petite recette qui n'aurait jamais vu le jour sur ce blog,
si ma copine Stella ne m'avait fait goûter ces petits biscuits délicieux que je ne connaissais pas...
D'origine espagnole, une version provenant des pays d'Afrique du nord existe également,
contenant de l'huile ou du beurre à la place du saindoux...

J'ai voulu les réaliser à l'espagnole, 
car c'est ainsi qu'elle les aime ma blonde !
Alors, Stella, j'espère que tu les réaliseras bientôt dans ta cuisine,
car c'est la recette trop facile, trop rapide et trop bonne !!!
mais ça, tu le sais déjà...

Je vous renvoie vers un article très intéressant sur ces biscuits
sur wikipedia (ici)

Je n'ai pas encore testé par manque de temps,
mais cette recette est très facile à adapter à IG bas,
en remplaçant la farine blanche par de la farine d'orge mondé,
(ou de blé T 150 en phase 2)
et en utilisant un sucre à IG bas (réduire de 15 g)
La première qui teste me fait signe ???

Le saindoux utilisé pour la recette est tout à fait envisageable en phase 1,
car comme l'huile d'olive et la graisse de canard
la graisse de porc est recommandée pour la santé !
Comme quoi, les idées reçues ont la vie dure avec les IG bas...

LA RECETTE :

Pour une vingtaine de mantecados :
125 g de saindoux 
125 g de sucre
250 g de farine
1 cuiller à café de cannelle en poudre (ou de cacao en poudre ou 1 zeste de citron)
+ un peu pour saupoudrer à la sortie du four


Préchauffez votre four à 180°.

Mélangez tous les ingrédients ensemble, jusqu'à obtenir une pâte sableuse.

Formez des boules de pâte de la taille d'une noix en les roulant entre vos mains.
(la pâte est très friable, c'est normal).

Déposez les sur des plaques recouvertes de papier cuisson.

Cuire 15 minutes.

Laissez refroidir sur la plaque à température ambiante.
(Les biscuits sont encore friables à ce stade, il vaut mieux éviter de les toucher).

Dégustez quand ils sont complètement refroidis.

  
source : le journal des femmes


Print Friendly and PDF

vendredi 15 mars 2013

Gaufres à la farine de soja et au rhum

Aujourd'hui j'ai pensé à celles qui ne trouvent pas de farine d'orge mondé et qui souhaitent 
déguster de bonnes gaufres bien parfumées...

J'ai préféré les préparer au lait cette fois, 
je ne suis pas sûre que la farine de soja aurait apprécié l'eau gazeuse,
(comme dans ma recette précédente)
Et je les ai sucrées au sucre de fleur de coco, 
qui a un goût vraiment délicieux...

Alors, côté consistance, je préfère celles-ci qui sont carrément croustillantes dehors
 et moelleuses dedans...
Côté goût, natures, ma préférence va vers celles à l'orge mondé...

Par contre, garnies de chantilly et saupoudrées de sucre de coco, 
ce sont de petites merveilles...
Comme un mal nécessaire...
Ben oui, faut ce qu'il faut les amis !!! 
Et puis on est en PL tout de même, et avec les froids de ces jours-ci, et bien c'est permis !

LA RECETTE :

Pour six gaufres :
100 g de farine de soja
1 oeuf
30 g d'huile d'olive
1 cuiller à café bombée de poudre à lever bio (ou de levure chimique)
20 cl de lait 1/2 écrémé
33 g de sucre de fleur de coco
2 cuillers à soupe de rhum


Mélangez tous les ingrédients ensemble en ajoutant le lait en dernier et progressivement.

Cuire les gaufres 4 minutes (à adapter selon les appareils).

Préférez une cuisson le jour même de toutes les gaufres, 
le lendemain, elles ont tendance à foncer davantage...


La chantilly :
35 cl de crème fleurette entière bien froide
3 cuillers à café de sucre glace à IG bas 

Je réalise mon sucre glace au blender en mixant du sucre de bouleau ou du fructose une minute.

Pour la chantilly, mettez vos fouets, votre saladier (ou bol du robot au frais au moins 30 minutes).

Battre la crème en chantilly jusqu'à ce qu'elle forme des pics bien fermes.
Attention à ne pas dépasser ce stade, sinon vous garnirez vos gaufres de beurre...

Ajoutez le sucre et mélangez délicatement au fouet à main.
(Réalisez la peu de temps avant de l'utiliser)

Personnellement, j'ai préparé ma chantilly dans les mêmes proportions au siphon
avec une cartouche de gaz. (idéal pour le service).


Cette recette a été sélectionnée par :



Print Friendly and PDF

mercredi 13 mars 2013

Pain Tourbillon aux fruits secs (seigle épeautre)

Vous vous rappelez de ma copine Joe, 
qui m'a gentiment transmis la recette de son délicieux pain d'épice (ici)
et bien Joe avait envie d'un bon pain de seigle,
et cela faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu de recette de pain par ici, non ?
Cela valait la peine d'attendre chers lecteurs,
car je partage aujourd' hui une recette vraiment extra.

Chez moi, les boulangers l'appellent le pain sportif,
car il leur est justement destiné.
Riche en fibres, en sucres lents, 
et en fruits secs pour tenir le rythme lors d'une compétition.

Il est tellement bon, qu'il se passe de toute garniture,
je le mange nature avec mon thé et je me régale !

Je l'ai roulé comme une bûche pour créer un joli effet,
mais vous pouvez très bien intégrer vos fruits secs à la pâte avant la première levée...
C'est vous qui voyez...

LA RECETTE :

Pour un beau pain :
200 g de farine intégrale de seigle
50 g de farine intégrale de petit épeautre
135 g de son d'avoine
30 à 35 cl d'eau tiède
1 cuiller à café rase de sel marin
1 cuiller à soupe rase de sucre à IG bas
17 g de levain déshydraté en poudre
40 g de gluten de blé
fruits secs mélangés sans sucre ajoutés 
(6 grosses figues moelleuses, 6 abricots moelleux, 60 g de noisettes coupées en deux)
Facultatif : graines de courge pour le dessus du pain

(réalisé ici dans un moule à cake large)


Vous pouvez très bien réaliser cette recette au robot pétrin ou à la main, 
en pétrissant votre pâte pendant environ 10 minutes à vitesse lente (2),
jusqu'à obtenir une pâte qui devienne élastique.

Je l'ai réalisée au Cook'in.

Mettre tous les ingrédients dans le bol.


Pétrir 2 minutes 30 en raclant les bords du bol de temps en temps si nécessaire
(je n'ai pas eu besoin).

Ajoutez déjà 25 cl d'eau, puis ajoutez en progressivement jusqu'à obtenir une pâte suffisamment
humidifiée, qui ne colle plus aux parois (30 à 35 cl en tout).
Selon la granulométrie de votre farine, cela peut varier.

Transvasez dans un saladier fariné, couvrir d'un peu de farine, puis d'un linge propre
 et laissez reposer pendant 3 heures à température ambiante (sans courant d'air).

Coupez les noisettes en deux avec un bon couteau.

Coupez les abricots et les figues en petits morceaux.

Etalez la pâte en une couche épaisse sur une feuille de papier cuisson rectangulaire. 
Répartir les fruits secs sur la pâte et roulez en boudin dans le sens de la largeur.

Déposez dans un moule à cake recouvert si nécessaire de papier cuisson. 
Faites adhérer des graines de courges sur le dessus du pain en appuyant dessus.

Couvrir d'un linge propre et laissez à nouveau lever 3 heures.

Préchauffez le four à 200° en déposant la lèchefrite au fond du four.

Mettre à cuire environ 40 minutes, en provoquant un coup de buée 
(versez aussitôt votre pain mis au four, un verre d'eau très chaude dans votre lèchefrite,
cela vous assurera une croûte fine et délicieuse)
Refermez la porte aussitôt.

Démoulez et laissez refroidir sur une grille.

(réalisé ici dans un moule à cake étroit)


Print Friendly and PDF

lundi 11 mars 2013

Madeleines délicieusement moelleuses à IG bas

Je vous les avais promises samedi,
dans le descriptif de ma recette de madeleines à bosses hallucinantes,
je sais que certaines d'entre vous les attendent,
celles qui n'aiment pas le beurre par exemple... comme ma chère Lyne
ou celles qui aiment les petites lichouseries à IG bas...

Et oui, encore au citron... (ça vous tente ?)
C'est parfumées avec ce délicieux agrume que je les préfère,
mais vous pouvez sans problème varier les plaisirs...
Orange, bergamote, yuzu... vanille, tonka... tout est possible... 

Alors, elles sont quand même moins bombées que mes madeleines au beurre,
mais quand même, la bosse est là, présente...
Mais elles n'en sont pas moins bonnes...

J'ai obtenu des petites madeleines délicieusement moelleuses...
on en pique une, puis deux... puis 5... 
et on abuse franchement...
mais c'est tellement bon, et c'est à IG bas, 
donc pas si grave si on les déguste après un repas léger...
un poisson vapeur avec des légumes grillés et on peut se le permettre sans aucun problème...

LA RECETTE :

Pour 19 madeleines :
130 g de sucre de bouleau (ou fructose)
2 oeufs
150 g d'huile végétale de qualité (100 g d'olive - 50 g de tournesol)
1 cuiller à café de poudre à lever bio (ou levure chimique)
140 g de farine d'orge mondé
zeste d'un citron


Râpez le zeste à la râpe fine et mélangez le à tous les ingrédients jusqu'à obtenir une pâte homogène 
(au cook'in pendant une minute 30, fonction pétrissage).

Si nécessaire, graissez des moules à madeleines. Versez votre pâte pour remplir les empreintes à un bon 3/4.

Déposez les sur une plaque de cuisson et placez les au congélateur le temps que le four chauffe (environ 1/4 d'heure).

Préchauffez votre four à 240°.

Le choc thermique causé par la différence de température va créer la bosse caractéristique de vos petites madeleines...

Mettre à cuire 5 minutes à 240°, puis environ 10 minutes de plus à 210°.

Les madeleines doivent être bien dorées.

Testez la cuisson avec un cure dent qui doit ressortir sec, plongé à coeur.




Print Friendly and PDF

samedi 9 mars 2013

Madeleines au citron à la bosse hallucinante...

la Madeleine à bosse... hallucinante, non ?

Pour tout vous dire, lundi je publie une recette de madeleines à IG bas,
totalement délicieuses...
Mais Monsieur Dessert est incorrigible...
"c'est meilleur au beurre"...
Bon, il a bien fallu que je m'exécute...
le pauvre petit frustré de la madeleine au beurre n'y aurait sûrement pas survécu...
C'était donc son petit dessert à midi,
d'où une petite remontée de recette et de nouvelles photos...
(les anciennes faisaient peur)

C'est le secret de la bosse hallucinante qui vous intéresse, n'est ce pas ?
Et bien, c'est super fastoche !
Une fois la pâte déposée dans les empreintes,
on met les plaques au congélateur le temps que le four chauffe...
Le choc thermique avec un four très chaud va provoquer cette énoooooorme bosse !


Pour environ 18 madeleines :
125 g de beurre
150 g de sucre
2 gros oeufs
150 g de farine
1 zeste de citron finement râpé (bio ou non traité)
1/2 cuiller à café de levure chimique


Préparation au cook'in (la manière classique en bas de page) :

Fondre le beurre en programmant 2 minutes à 40°, vitesse 2.

Pesez le sucre, ajoutez les oeufs.

Programmez 40 secondes, vitesse 3.

Pesez la farine, ajoutez la levure et le zeste de citron finement râpé.

Programmez une minute, vitesse 5.

Si nécessaire, raclez les bords du bol et mixez encore quelques secondes.

Si vous n'avez pas de moule en silicone, huilez ou beurrez les empreintes à madeleines.

Déposez les sur une plaque de cuisson et tapotez les légèrement sur le bord d'une table.

Remplissez les à un bon 3/4. 

Faites reposer au congélateur le temps de préchauffer le four à 240°.

Enfournez pour 5 minutes, puis baissez le four à 210° et prolongez la cuisson de 5-6 minutes.

Laissez refroidir 5 minutes puis démoulez et laissez refroidir sur une grille.


Préparation classique :

Faites fondre le beurre par tout moyen à votre convenance.

Travailler les 2 oeufs entiers et les 150 g de sucre au fouet jusqu'à ce que le mélange mousse.

Ajouter les 125 g de beurre fondu, 
puis les 150 g de farine mélangée à la levure (tamisées), cuiller par cuiller, et enfin le zeste.

Beurrez les empreintes à madeleines (si vous n'avez pas de moule en silicone).

Déposez les sur une plaque de cuisson.

Remplir de pâte à un bon 3/4 les alvéoles et tapoter la plaque sur la table.

Faites les reposer au congélateur le temps de préchauffer le four à 240°.

Cuire 5 minutes, baisser le four à 210° et cuire 5 - 6 minutes de plus.

Laissez refroidir 

Démouler et laissez un peu refroidir tout de même, vous allez vous brûler... 

Je sais, c'est duuuur !!!


Print Friendly and PDF

vendredi 8 mars 2013

Tu veux une crème vanille ou une crème chocolat ? Et pourquoi pas les deux !!!

Il y a très longtemps, j'ai eu le plaisir de goûter cette crème bi-saveurs
chez des amis qui avaient un Thermomix.

Je n'y ai plus repensé jusqu'à recevoir mon cook'in...

Du coup, j'ai recherché la recette au TM sur le net,
je me suis inspirée de celle-ci, sur le blog"Des Lys d'or"

Cette crème est d'une onctuosité absolue et mes gourmands s'en régalent tellement
que je suis obligée de doubler les doses...

Cette recette n'est pas à IG bas...
mais celles qui suivent auront compris, 
c'est de cette recette que je me suis inspirée pour réaliser ma crème/flan vanille à IG bas

LA RECETTE :

Pour 4 gourmands :
50 cl de lait (entier si possible)
100 g de sucre (ou 80 g de fructose)
1 gousse de vanille
15 g de maïzena (ou de fécule pour la version casserole)
3 jaunes d'oeufs
50 ml (50 g) de crème entière liquide
1 cuiller à soupe bombées de cacao amer


La recette au cook'in :
Placez le fouet sur les lames du cook'in.

Pesez la maïzena, le sucre, ajoutez les jaunes d'oeufs, le lait et la vanille égrenée.

Déposez une feuille de film sous le couvercle avant de le fixer, 
puis pratiquez une incision pour que l'air s'échappe à l'aide d'un couteau pointu.

Cuire la crème en réglant le cook'in sur 8 minutes, à 90°, vitesse 3

Une fois le temps écoulé, ajoutez la crème par le hublot et mixez 10 secondes, vitesse 4.

Enlevez le fouet des lames.

Versez la moitié de la crème à la vanille dans des ramequins en les penchant d'un côté,
et calez les inclinés (sur le bord d'un livre par exemple).

Ajoutez la cuiller de cacao dans le bol, 
remettre le couvercle (toujours avec le film incisé) et mixez 30 secondes vitesse 4.

Si nécessaire raclez les bords et mixez quelques secondes supplémentaires.

Versez la crème au chocolat dans les coupes du côté opposé à la crème vanille, 
en redressant votre coupe tout doucement.

Laissez tiédir à l'air libre puis reposer au frais environ 2 heures.

Pour réaliser cette crème juste à la vanille ou juste au chocolat,
doublez la dose de vanille ou de cacao au début de la recette.


La version casserole, maintenant :

Cette recette est réalisable à la casserole, en deux temps, une cuisson pour chaque crème... 

Il vous faudra diviser les ingrédients en deux, 
pour réaliser deux préparations distinctes : une à la vanille et une au chocolat.

Préférez alors la fécule à la maïzena, pour une cuisson en départ à froid. 

Mélangez tous les ingrédients en ajoutant le lait en dernier.

Portez chaque préparation à ébullition à feu moyen, en mélangeant au fouet.

N'oubliez pas d'ajouter la moitié de la crème liquide dans chacune, hors du feu et mélangez.

Puis versez les crèmes de la même manière qu'expliqué ci-dessus, dans vos coupes.

Laissez reposer au frais environ 2 heures.


Cette recette a été sélectionnée par 




Print Friendly and PDF

mercredi 6 mars 2013

Purée de chou fleur au caviar végétal, ou comment se faire arnaquer sur une appellation !

Ya des fois où on a l'impression de se faire arnaquer, n'est ce pas ?
C'est tout à fait ce qui m'est arrivé quand j'ai acheté
ces petites lentilles Beluga en magasin bio.
J'étais persuadée de pouvoir réaliser une petite recette hyper graphique,
avec ces petites lentilles toutes noires...
Dans le paquet, elles sont vraiment belles...

Sauf que j'ai tout essayé...
les rincer comme préconisé...
Ne pas les rincer histoire qu'elles cuisent dans leur eau sombre et gardent leur jolie teinte d'ébène...
Rien n'y a fait !

Ces lentilles sont désespérément brunes...
Bon, il n'empêche que ce sont de très bonnes lentilles,
et qu'associées à une purée de chou fleur parfumées d'un fromage ail et fines herbes,
c'était vraiment délicieux !

J'ai choisi de m'en faire un plat (pour 2),
mais vous pouvez le décliner en petites verrines pour l'apéritif, 
ou en petit accompagnement (pour 4 personnes)...

Je me suis inspirée d'une recette de purée de chou fleur au (vrai) caviar
du Gala Gourmand de février-mars

La recette :

Pour 2 à 4 personnes :
1 chou fleur bien frais
75 g de lentilles beluga (ou classiques)
2 cuillers à soupe de fromage ail et fines herbes
2 bouillons dégraissés aux légumes 
5 à 10 cl de crème (d'amande chez moi)
sel 
poivre

Détaillez le chou fleur en petits bouquets. 
Passez le sous l'eau fraîche.
Cuisez le dans un grand volume d'eau bouillante, salée et additionnée de bouillon, 
jusqu'à ce qu'il soit bien tendre (au moins 20 minutes).

Cuire également les lentilles dans une casserole d'eau salée et additionnée de bouillon, une vingtaine de minutes également.

Etuvez dans deux passoires différentes.

Mixez le chou fleur avec un pied à purée (ou autre système) avec la crème et poivrez généreusement.

Alternez les couches de purée et de lentilles et servez aussitôt.

Astuce IG bas :
lors de repas PL, vous pouvez utiliser de la crème au lait de vache.
Lors de repas GP, de la crème de soja ou d'amande qui ne contient pas d'huile.

Cette recette a été sélectionnée par
section veggie




Print Friendly and PDF

lundi 4 mars 2013

Le pain d'épice de Joe

Alors, aujourd'hui, je vous envoie de l'or en barre avec ce pain d'épice,  
mes chers lecteurs !

Mais avant de parler de la recette, qui est donc Joe ?
C'est une fidèle lectrice du blog, avec qui je discute depuis quelques temps
sur ma page facebook.

D'ailleurs, si vous ne le saviez pas, 
elle est (ici), ma page facebook...

Et lorsque Joe m'a parlé de son pain d'épice sans oeufs, 
sans lait et sans matières grasses,
en me disant qu'il était d'un moelleux irrésistible, 
je lui ai demandé si elle voulait bien m'envoyer sa recette,
que je me suis empressée de tester,
car si vous ne le saviez pas encore, je suis une grande fan de pain d'épice...

L'odeur des épices envahissant la maison lors de la cuisson,
mettent mes papilles à rude épreuve...
Difficile de résister à l'attrait de ce gâteau à peine refroidi sans le goûter...

Et pourtant, c'est bien ce qu'il faut faire avec ce pain d'épice... attendre le lendemain...
Car le jour même, il pourra vous sembler commun...
Mais le lendemain, c'est une toute autre histoire !
Je crois que jamais de ma vie, (et je n'exagère même pas), 
je n'ai mangé de pain d'épice aussi moelleux que celui-ci !
Aussi savoureux, aussi délicieux !
et à IG bas, bien sûr !

LA RECETTE :

Pour un beau pain d'épice :
300 g de farine de seigle
100 g de farine de petit épeautre bio
130 g de sucre de coco
6 cuillers à soupe de miel d'acacia 
Environ 40 cl d'eau gazeuse (à la sodastream pour moi)
- à adapter selon l'absorption de votre farine -
une bonne cuiller à café de bicarbonate
1,5 cuiller à café de cannelle en poudre
3 cuillers à café de mélange d'épices pour pain d'épices Eric Bür 
(Joe y met 1,5 c de coriandre moulue et 1,5 cuiller d'anis en grains moulu)


Préchauffez votre four à 165°.

Tiédir le miel avec le sucre de coco afin de dissoudre le sucre
(par tout moyen à votre convenance, je l'ai fait au cook'in,
mais vous pouvez le faire dans une casserole ou au four micro-ondes par exemple).

Déposez dans le bol du robot (ou dans un saladier), ajoutez l'eau gazeuse et mélangez.

Ajoutez ensuite les farines mélangées aux épices et au bicarbonate, 
mélangez jusqu'à obtenir une pâte bien homogène.

Versez la pâte dans un moule à cake recouvert de papier cuisson s'il n'est pas en silicone, 
et cuire 45 minutes.

A ce moment précis, Joe baisse le four à 150° et ajoute 25 minutes de cuisson. 
Cela n'a pas été nécessaire pour moi, mon pain d'épice était parfaitement cuit.

Vérifiez la cuisson avec un cure-dent plongé à coeur quelques secondes, 
qui ressortira sec si le gâteau est cuit. 

Laissez refroidir une dizaine de minutes dans le moule.

Démoulez et laissez refroidir sur une grille.


Cette recette a fait la Une sur




Print Friendly and PDF

vendredi 1 mars 2013

Chocolat gourmand aux épices douces (vegan)


Depuis que je pratique les IG bas, 
je n'ai plus faim au goûter,
je n'ai d'ailleurs plus aucune fringale du tout,
mais je ne suis pas contre une petite boisson délicieusement parfumée.

Pour tout vous dire, j'adore le chaï Latte, 
mais après 15 heures, j'évite les thés trop forts, 
qui m'empêchent de dormir la nuit...
Alors, je m'oriente davantage vers des infusions Roïboos (appelées aussi thés rouges),
j'en ai d'ailleurs un qui est parfait car il contient les épices idéales, 
je n'ai plus qu'à ajouter mon lait de soja.

J'aime aussi les boissons plus gourmandes,
comme le chocolat,
mais depuis un certain temps le lait de vache n'est plus du tout mon ami,
je l'évite franchement...

Depuis que j'avais réalisé mes petites crèmes au chocolat meringuées (ici),

l'envie de me réaliser un chocolat gourmand aux épices ne m'a pas quittée...

Voici donc une petite version végétale, légère, digeste et gourmande à la fois !

LA RECETTE :

pour une belle tasse de chocolat :
30 cl de lait de noisette de préférence ou d'amande
10 cl de crème d'amande
2 clous de girofle
1/2 bâton de cannelle
4 baies de cardamome
une dizaine de petites baies de coriandre
1/2 étoile de badiane
1 cuiller à café bombée de cacao amer
sucre à IG bas selon les goûts (chez moi 15 g de fructose)


Ecrasez les baies de cardamome et de coriandre avec le plat d'un couteau.
Coupez les clous de girofle et la cannelle en deux. La badiane en morceaux.

Portez le lait végétal à ébullition avec les épices.

Couvrez et laissez infuser une demi heure.

Ajoutez le cacao et portez à nouveau à ébullition en fouettant.

Ajoutez la crème d'amande hors du feu et servez. 

Sucrez au dernier moment,

et régalez vous...

Vous pouvez très bien remplacer le cacao par un très bon thé noir lors de la dernière infusion,
vous obtiendrez alors un chaï latte délicieux !

Dans ce cas, la crème d'amande n'est pas nécessaire.

Astuce IG bas : selon si votre crème d'amande contient ou non de l'huile,
la recette est PL ou GP.

Cette recette a été sélectionnée par

Veggie


Print Friendly and PDF