dimanche 27 octobre 2013

Pâte de pistache (IG très bas, GP et PL)


Aujourd'hui, je la ferai très courte, 
mais je vous envoie une petite recette qui va vous permettre d'en préparer tout plein d'autres...
J'adore la pistache dans les desserts, mais je n'avais pas encore pris le courage de préparer ma propre pâte de pistache à IG bas... 
Cette pâte est GP et PL, vous pouvez donc l'utiliser dans toutes vos préparations...
Risque d'addiction en vue, moi, c'est fait, je suis accro... 

J'ai choisi de sucrer ma pâte au miel d'acacia, 
le miel étant le seul produit qui ne moisit pas,
je me suis dit que ça serait pas mal pour la conserver.
Je la stocke au frigo tout de même...
Je ne sais pas combien de temps elle va se conserver,
 alors je ne vais quand même pas trop traîner pour l'utiliser... 


Pour un pot de 380 g :

250 g de pistaches non salées
2 belles cuillers à soupe de miel d'acacia
3 cuillers à café d'arôme d'amande amer

Griller les pistaches à sec dans une poêle, à feu fort, en remuant sans arrêt pour ne pas qu'elles noircissent. Quand elles sont bien dorées, laissez les refroidir sur une plaque froide.

Mixez les pistaches jusqu'à ce qu'elles se transforment en purée en évitant faire chauffer votre robot. Ménagez lui des poses si nécessaire.

Au cook'in, je procède par pulsions de 20 secondes en fonction turbo. Cela peut prendre un certain temps, les pistaches sont un peu longues à réduire en une belle purée.

Ajoutez le miel d'acacia et l'arôme et mixez à nouveau.

Je n'ai pas souhaité y ajouter d'huile, quelle qu'elle soit. La pâte de pistache va durcir au froid. Mais en lui ajoutant un peu de lait tiède/chaud, on arrive très bien à l'assouplir en la fouettant.


Et avec cette petite pâte, j'ai déjà réalisé de délicieux oeufs en neige et un marbré choco/pistache ! à suivre...




Print Friendly and PDF

jeudi 17 octobre 2013

Le Sernik, gâteau polonais à la faisselle vanillée (IG bas, phase 2 et variante phase 1 - PL)


Cette petite recette est pour Joanna, qui est aux petits soins pour mes vertèbres,
pour lui rappeler sa Pologne natale... à IG bas... ☺

Cela faisait un loooong moment que j'avais envie d'une tarte au fromage blanc... 
J'hésitais encore sur mon choix, entre un cheesecake, que je trouve bien meilleur au fromage blanc, et une tarte alsacienne, quand je suis tombée sur le Sernik, ce délicieux gâteau polonais à la faisselle, bien vanillé... 
Traditionnellement préparé avec des raisins secs, j'ai eu envie de réaliser une version à IG bas,
totalement compatible sans en perdre le caractère...
Les figues se prêtent très bien à l'exercice, car elles lui donnent vraiment une saveur intéressante.

Alors évidemment cette recette est phase 2 (oeufs, faisselle entière, huile, associées à la farine T 150 et aux figues = phase 2), 
mais elle est très facilement convertible phase 1, en remplaçant la farine de blé par de la farine d'orge mondée (maintes fois testée et approuvée dans mes tartes et quiches), 
et les figues par des abricots moelleux. 
Honnêtement, pour avoir remplacé les raisins secs par des abricots macérés dans le rhum dans mon délicieux kouglof de Noël (ici), l'effet est totalement bluffant ! 


Assez parlé, je vous laisse découvrir la recette de ce fabuleux gâteau à la faisselle,
un délice de douceur, de légèreté et d'onctuosité... 

La seule chose que je changerai la prochaine fois, je retirerai les amandes effilées,
qui, à mon goût, n'apportent strictement rien, gustativement parlant...  

Pour une tarte de 25 cm de diamètre - environ 6 à 8 parts

Pâte brisée phase 2 :
150 g de farine de blé T 150
50 g de poudre d'amande
7,5 cl d'eau tiède
7,5 cl d'huile d'olive douce
1/2 cuiller à café de levure chimique
1 cuiller à soupe de fructose

Garniture :
500 g de faisselle à 40 %
100 g de fructose
1 gousse de vanille bien charnue
100 g de figues moelleuses coupées en petits morceaux
un peu de rhum ambré
5 oeufs séparés
une pincée de sel
facultatif : 50 g d'amandes effilées


La veille au soir, faites égoutter la faisselle pendant toute la nuit pour en retirer un maximum de petit lait (très riche en lactosérum et insulinogène).

Mettez les figues coupées à tremper dans le rhum pendant 30 minutes, puis égouttez les.

Préchauffez votre four à 170°.

Mélangez les ingrédients de la pâte à tarte, étalez la sur une feuille de papier cuisson en vous aidant de farine T 150. Disposez dans le moule, percez à la fourchette et gardez au frais.

Montez les 5 blancs en neige avec une pincée de sel, jusqu'à ce qu'ils soient fermes, mais pas trop.

Mixez la faisselle au blender ou au mixer plongeant.

Blanchir les jaunes d'oeufs avec le fructose, jusqu'à ce qu'ils doublent de volume.

Ajoutez la faisselle et les grains de vanille.

Puis mélangez délicatement avec les blancs en neige, avec une spatule, en soulevant la masse par le dessous, jusqu'à obtenir une préparation parfaitement homogène.

Enfin, ajoutez les figues au mélange, toujours délicatement.

Versez le mélange sur le fond de pâte, décorez éventuellement d'amandes effilées, et cuire environ une heure.

Votre Sernik doit être joliment doré.

Laissez refroidir dans le moule et dégustez avec un bon thé...



Print Friendly and PDF

mercredi 9 octobre 2013

Hamburger à la mexicaine, steak d'azukis et de quinoa, sauce guacamole express et petits légumes crus (IG bas, phase 1, GP)


Voici le hamburger que j'ai réalisé ce week-end,
pour participer au concours de ma copine Marie du délicieux blog très très gourmand


Encore bon anniversaire à ton blog ma chère Marie !
et je t'en souhaite tout plein d'autres !!!


Ne sachant pas si mes filles allaient apprécier ma version végétale,
je n'ai préparé qu'un steak et garni les leurs (ainsi que celui de Monsieur Dessert) 
avec de la viande, de la "vraie".
Mais je les ai laissé goûter le mien et, contre toute attente, elles l'ont trouvé bluffant : 
"on dirait de la viande"
et très savoureux !

Je sais ce qui me reste à faire la prochaine fois, non ?
Et vous, vous en pensez quoi de ce burger végétal mexicain ?
Vous fera-il voyager ???

Pour 6 pains : la recette de mon pain de mie intégral légèrement revue
- 150 g de tofu soyeux
- 450 g de farine T 150
- 50 g de gluten
- 30 cl de lait (végétal ou non)
- 1 cuiller à café de sel
- 2 sachets de levure Briochin
- 1 cuiller à soupe de fructose
- mix de grains de sésame noir et blanc
- un peu de lait pour dorer les pains

Dans la MAP, versez le lait, le tofu soyeux mixé en crème, puis la farine, le gluten, le sel d'un côté, le fructose de l'autre et la levure au milieu.

Faites fonctionner la MAP sur le programme pâte (sans cuisson) jusqu'à la fin, et laissez la pâte lever jusqu'en haut de la cuve même si le programme est terminé (cela peut prendre une heure de plus). Formez six boules de pâte égales, aplatissez les et laissez les lever sur la plaque du four recouverte de papier cuisson, couvertes d'un linge propre pendant environ une heure (s'il fait déjà frais chez vous, procédez à cette levée vers une source de chaleur : radiateur, cheminée,...)

Préchauffez le four à 210°, en posant la lèchefrite au fond du four.

Enfournez les pains que vous aurez pris soin de napper au pinceau de lait et que vous aurez saupoudré de graines de sésame. Cuire jusqu'à obtenir une jolie couleur dorée (environ 15-20 minutes). Laissez tiédir.

Préparez les garnitures :

Steak végétal pour une personne :
- 4 cuillers à soupe d'haricots azuki cuits écrasés chauds au pilon ou à la fourchette + 1 cuiller à soupe d'azuki cuits gardés entiers
- 2 cuillers à soupe de quinoa cuit
- 1 cuiller à café d'épices mexicaines
- sel, poivre, une pointe de couteau de piment de Cayenne

Panure :
- 2 biscottes T 150 finement mixées

Pour cuire le steak :
- 1 cuiller à café d'huile d'olive

Mélangez tous les éléments de la garniture et formez un steak de la taille des pains.
Déposez les biscottes mixées sur une assiette. Passez le steak sur ses deux faces dans les miettes de biscottes et cuire à la poêle dans un peu d'huile d'olive, environ 5 minutes de chaque côté.
(le steak n'est pas très ferme, il faut y aller délicatement avec une grande pelle - à gâteaux bien sûr).

(J'ai pris soin de tremper mes haricots azukis dans de l'eau fraîche pendant 12 heures, je les ai rincés, puis je les ai cuits 45 minutes dans un grand volume d'eau salée.)

Guacamole express :
- 1/2 avocat mûr mais pas trop
- une petite cuiller à café de jus de citron
- une cuiller à café d'épices mexicaines
- une pointe de couteau de piment de Cayenne
- sel, poivre

Mixez finement l'avocat avec les autres ingrédients (dans un mini hachoir par exemple).

Garniture :
- 2 tranches d'avocat
- des tranches de tomate (ou comme ici des tomates cerise)
- 1 carotte fane (j'ai réalisé mes lanières avec un zesteur)
- un peu de mâche (ou autre salade)

Puis garnir :
Un pain coupé en deux, un peu de guacamole, un peu de mâche, le steak,  du guacamole, tomates, carottes, tranches d'avocat, guacamole, on recouvre et on dévore !



Print Friendly and PDF

mercredi 2 octobre 2013

Confiture ultra gourmande de poire et de chocolat aux épices


La poire est un fruit qu'on ne voit pas souvent transformé en confiture.
Quel dommage car c'est un délice ! 
Surtout qu'on en trouve facilement, surtout aux périodes où les bons fruits rouges se font rares,
c'est donc une excellente alternative

Lorsque Marie du délicieux blog "Saines gourmandises" a eu l'extrême gentillesse de me faire parvenir un exemplaire de son livre sur les confitures, compotes, fruits séchés et sirops... 
cette petite confiture ultra gourmande de poires au chocolat a de suite attiré mon regard.

La gourmande invétérée que je suis l'a donc réalisée... 

Je n'ai pu m'empêcher de l'adapter à mes habitudes de préparation, j'espère que tu ne m'en voudras pas ma chère Marie... Et bien, je peux vous assurer que c'est une véritable tuerie ! 

J'ai remplacé la vanille du lait de soja vanillé par de la gousse fraîche, qui ma foi, a du renforcer encore l'effet vanillé (pour mon plus grand plaisir, car les poires et la vanille font un mariage fabuleux que j'ai déjà eu l'occasion de tester dans mes desserts).

Je vous invite à découvrir de suite la recette et en bas de l'article 
un lien vers le livre de Marie Chioca et Delphine Paslin.


Pour 4 pots de 380 g :
2 kg de poires Williams (rouge)
400 g de fructose (ou comme Marie 30 cl de sirop d'agave)
200 g de chocolat à 70 %  - j'ai utilisé le chocolat aux épices (marque Moulin des Moines) qui a ajouté un petit goût délicieux

Comme j'ai voulu réaliser de fines marbrures de chocolat (histoire de ne pas tout faire comme Marie), je n'ai pas ajouté le lait de soja - si vous souhaitez comme Marie, réaliser des marbrures épaisses, ajoutez 30 cl de lait de soja.

ma petite touche perso : 4 gousses de vanille

- pour une cuisson rapide : 1 cuiller à café d'agar agar


Mettez vos pots et couvercles à bouillir dans une grosse cocotte pendant 20 minutes. Vide l'eau, sortez  les et déposez les sur un torchon très propre.

Epluchez les poires, coupez les en deux et retirez le coeur avec une cuiller parisienne.

Coupez les poires en petits morceaux et mettez les à cuire doucement avec le fructose et les gousses de vanille fendues en deux dans la longueur. Si vous utilisez du sirop d'agave, laissez les poires confire doucement dans leur jus, puis ajoutez le sirop d'agave et continuez la cuisson.

Pour une cuisson rapide, je saupoudre mes fruits d'une cuiller à café d'agar agar quand ils sont tendres. Cela permet de profiter de ses bienfaits pour la ligne et de conserver davantage le goût du fruit.
Mélangez au fouet quelques secondes et retirez du feu.

Si vous préférez une cuisson classique, vous pouvez prolonger la cuisson jusqu'à obtenir une préparation sirupeuse. (une goutte de confiture déposée sur une petite assiette ne coule pas si vous penchez l'assiette).

Vous pouvez écraser les fruits si vous le souhaitez, je ne l'ai pas fait, j'ai souhaité garder des morceaux.



Selon l'option choisie, procédez comme suit pour le chocolat :

- fines marbrures corsées de chocolat : fondre le chocolat au micro-ondes, par tranches de 30 secondes, remuez entre chaque, jusqu'à obtenir un coulis de chocolat bien homogène, réservez.

- grosses marbrures : fondre le chocolat avec le lait à la casserole, jusqu'à obtenir un mélange parfaitement homogène, réservez.

Versez la confiture et le chocolat en alternant les couches - pour le chocolat, j'ai utilisé un sachet congélation dont j'ai coupé le coin pour le répartir harmonieusement sans en mettre partout sur les bords des pots.

Remplissez jusqu'à ras bord, apposez les couvercles, vissez fermement et retournez les pots jusqu'à complet refroidissement.


Sur du pain ou des crêpes, juste wouaouh !!! 
(parfois les mots sont inutiles, non ?
chez moi, je n'ai entendu que des huuuuuuummm)

Vous pouvez vous procurer le livre "Mes confitures, compotes, fruits séchés, sirops... "
De Marie Chioca et Delphine Paslin par (ici) et chez tous les "bons" libraires !

Print Friendly and PDF